Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

mercredi 18 juin 2014

Île Simon, le Pata disparait définitivement

Depuis quelques jours, le Pata, cette sculpture de bois installée depuis septembre 2001 au bout de l'île Simon, a disparu du paysage tourangeau. 


Oeuvre de l'artiste suédoise Maj-Siri Österling, le Pata était une réplique des barrages de Scandinavie qui servaient à bloquer les poissons. Il avait été placé sur l'île Simon en rappel aux saumons qui remontaient jadis le fleuve ligérien. L'artiste avait volontairement inséré des couleurs vives, sensées symboliser le fort courant des fleuves et la lutte des saumons pour les remonter. 


Depuis 2001, l'oeuvre s'était ainsi habilement insérée et avait trouvé sa place dans le paysage des bords de Loire à Tours.

Pourquoi ce retrait ? 

Le service des parcs et des jardins de la ville de Tours justifie l'enlèvement de l'oeuvre par la détérioration qu'elle a subi au fil du temps. Plusieurs morceaux de bois étaient en effet décrochés de la structure et reposaient sur le sol ces derniers temps. Cela rendait dangereux ses abords selon les services municipaux, qui précisent également que le retrait de l'oeuvre est définitif.

Une deuxième vie pour le Pata ? 

Contactée par téléphone Maj-Siri Österling confirme le retrait de l'oeuvre à l'initiative de la mairie, suite à son mauvais état. "La mairie n'aurait pas le personnel pour pouvoir surveiller et entretenir l'oeuvre. C'est déjà bien qu'elle soit restée plus de dix ans. Après il faudra que je vois avec le service culturel quand je repasserai sur Tours, pour éventuellement donner une seconde vie au bois et pourquoi pas le transformer en une autre oeuvre en rapport avec la Loire", complète-t-elle. Chiche !


[MAJ] Précisions de la mairie : 

La mairie apporte des précisions au sujet du retrait du Pata. Par voie de mail, ils expliquent que l'oeuvre a déjà été réparée à maintes reprises par le personnel municipal qui n'était plus en mesure de le faire pour plusieurs raisons : trop d'éléments à changer, durcissement des règlements de sécurité pour intervenir et enfin le stock de troncs de pin écorcé qui servait aux réparations, a brûlé dans l'incendie de la nuit du 31 décembre au bois des Hâtes. C'est pour ces raisons que l'ancienne municipalité (sous Jean Germain donc) a décidé de le démonter, avec  l'accord de l'artiste.

4 commentaires

dada vidov 21:13:00

Lamentable !

elmer 12:02:00

Dommage. J'ai quelques photos en stock du site avec l’œuvre, heureusement.

dada vidov 19:11:00

MAJ: Mouais, bof :-/

Anonyme

Il a bien vécu tout de même !

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats