Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

mercredi 21 mai 2014

Arrêté de sécurité et tranquillité publiques à Tours : "Je ne peux plus m'asseoir dans le centre ville ?"

Lundi après-midi, grand ciel bleu en Touraine, la température est estivale, les tourangeaux et autres passants investissent le Vieux-Tours pour se poser en terrasse et profiter du soleil. A l'entrée de la partie piétonne, rue du Commerce, deux personnes visiblement mendiantes sont assises le long des murs, à quelques mètres de distance  l'une de l'autre.

"Je ne peux plus m'asseoir dans le centre ville ?"

Source
Me trouvant à proximité d'un d'eux, j'entends la conversation qui s'engage avec l'agent de police venu lui parler. De manière courtoise, le policier lui signale qu'il ne peut rester là à faire la manche, suite à l'arrêté de sécurité et tranquillité publiques pris par la municipalité et entré en vigueur depuis le vendredi précédent. L'homme ne semble pas surpris et répond tranquillement qu'il va se déplacer tout en précisant qu'il n'importunait pas les passants en se contentant de simples "bonjour" de politesse. En terminant la conversation il adresse au policier une réplique remplie de fatalisme, " Donc je ne peux plus m'asseoir dans le centre ville ?". Puis la discussion qui a duré quelques minutes prit fin quand l'homme s'est levé pour partir, certainement pour se poser quelques rues plus loin, un peu plus à l'abri des regards. Pourtant, il ne gênait pas la circulation et ne représentait pas une menace à la tranquillité des passants.

Un arrêté en trompe l'oeil ? 

Derrière cet exemple se cache tout le problème de cet arrêté municipal, le même que celui pris par le précédent maire en décembre dernier. Déjà à l'époque, nous étions plusieurs à nous demander si derrière sa formulation vague, il ne dissimulait pas une volonté de déplacer la mendicité en dehors du centre-ville, vers des zones moins visibles du grand public. En effet, bien qu'Olivier Le Breton maire adjoint à la sécurité, s'en défende dans la NR, cet arrêté touche directement celles et ceux qui sont dans une grande précarité et qui n'ont d'autre choix que de compter sur la générosité des passants pour obtenir quelques euros par jour.

Pourtant comme pour le précédent, la version officielle est "de permettre la libre circulation des Tourangeaux et des touristes, sans qu'ils soient obligés de changer de trottoirs dans certaines rues et se sentent en insécurité.", Serge Babary l'avait d'ailleurs répété à plusieurs reprises pendant la campagne électorale, en dénonçant les hordes de chiens présentes rue Colbert ou place de la gare...

Au final, on ne peut que se demander si cette version officielle n'est pas qu'un trompe l'oeil pour mieux policer et uniformiser l'espace public, celui du centre-ville, vecteur de tourisme, de passage, élément phare qui doit être mis en avant, qui doit être la vitrine de la ville pour oeuvrer à son rayonnement.

3 commentaires

Etienne rousseau 11:33:00

Tient je vais déménager dans le centre ville et acheter une horde de chiens juste pour les faire chier. Quoi je dois dégager désolé j'habite juste ici monsieur.

Elooooody 17:38:00

Ce genre d'arrêtés me choque toujours. C'est fermer les yeux sur une réalité quotidienne. Ça me fend le coeur.

Anonyme

Des aides à la réinsertion seraient bien plus efficaces.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats