Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

jeudi 3 avril 2014

Rencontre avec Arnaud Roy, auteur de "Municipales !", le film au coeur des élections à Tours.

Comme en 2012 lors de élections législatives à Tours, Arnaud Roy a suivi toute la campagne des Municipales de l'intérieur, auprès des candidats. Il a en a sorti un film documentaire intitulé sobrement "Municipales !", qui sera diffusé demain soir (vendredi 04 avril) à 22h30 sur TV Tours.

Salut Arnaud, comment t'es venu l'idée de faire un film sur les Municipales à Tours ? 

Très naturellement, j'en avais déjà fait un sur les Législatives en 2012. A la fin de ce premier, il y avait marqué "A suivre..." sur l'écran. J'y avais déjà pensé à ce moment là. Je voulais reproduire un film en immersion, semblable au premier. 

As-tu suivi toutes les listes candidates ? 

J'ai commencé à filmer 10 mois avant le second tour. J'ai débuté le tournage en Juin 2013 pour suivre les discussions à droite qui ont conduit à cette liste de rassemblement. C'était un moment important à suivre je pense parce que sans cette union, la droite ne pouvait pas l'emporter. 
Par la suite j'ai suivi les cinq grandes listes engagées (listes Bourdin, Denis, Germain, Babary et Godefroy). Il n'y a que celles de LO et du POI que je n'ai pas suivi, parce qu'elles se sont déclarées tard et qu'elles n'ont pas vraiment fait campagne. 

Comment as-tu été accueilli par les candidats ? 

En général j'ai été très bien accepté grâce au travail fait dans le précédent film sur les Législatives de 2012 qui était gage de sérieux mais aussi parce qu'ils savaient que j'allais rester discret sur ce qui se disait. Je donnerai une mention particulière à la liste de Claude Bourdin qui a été vraiment sympathique et disponible à mon égard.

Quel dispositif avais-tu pour le tournage ? 

J'étais souvent seul parce que cela facilite le côté immersif, renforce le côté intime mais aussi parce que les candidats me connaissaient, c'était donc plus facile pour eux d'être naturels que si j'étais arrivé avec un cadreur, un preneur de son...
Ce dispositif allégé était une nécessité et une des conditions de la réussite du film. 

Maintenant que les élections sont passées, comment juges-tu cette campagne ?

Pour moi, il y a eu deux temps importants. Le premier est celui d'une campagne lente à se mettre en place ; un peu molle. Ce faux rythme n'était pas surprenant, c'était celui que l'on attendait de Serge Babary et de Jean Germain. 

Ensuite, il y a eu une brutale accélération la dernière semaine avant le premier tour. Cette semaine-là on a senti qu'il se passait quelque-chose parce que la droite paraissait mobilisée comme elle ne l'avait pas été depuis longtemps et à l'inverse du côté de Jean Germain on sentait que c'était poussif, comme une ambiance de fin de règne. 
Le premier tour a été un séisme parce que personne n'avait pu imaginé Serge Babary devant Jean Germain avec 9 points d'avance. La semaine de l'entre deux tours on a vraiment senti que du côté socialiste c'était l'effondrement du château de cartes, alors que du côté de la droite il y avait une réelle dynamique. 

Avais-tu senti que la droite pouvait l'emporter et à quel moment le scrutin a basculé selon toi ? 

Comme tout le monde, il y a peu je voyais Jean Germain se faire réélire. Après si on doit analyser pourquoi cela a basculé, je pense sincèrement qu'il y a eu une mésestime des tourangeaux et de ce qu'ils ressentaient. Par exemple les candidats comme les observateurs, on s'est laissé berné par les deux sondages qui sont parus avant le premier tour, alors qu'au final il y a eu un véritable vote sanction envers Jean Germain.

Justement, quel était le sentiment général de la population que tu as rencontré sur les marchés ? 

La première impression est qu'il y avait un ras le bol visible envers les grands partis traditionnels. Les gens se plaignaient des élus qui viennent les voir que lors des campagnes électorales avant de disparaitre pendant 2 ou 3 ans jusqu'aux suivantes. Pour les candidats et les militants ce n'était pas évident sur les marchés car les passants étaient plutôt critiques et refusaient pas mal les tracts.
Ce ras le bol s'est traduit par une forte abstention lors des deux tours.

Es-tu content du résultat de ton film ? 

Je suis content de ce que j'ai fait. Même si tout n'est pas parfait, le résultat final correspond à ce que je voulais avec un côté immersif marqué et visible. 


Municipales ! un documentaire d'Arnaud Roy, coproduction TV Tours / Les Tontons Filmeurs. Diffusion vendredi 04 avril à 22h30 sur TV Tours. 

1 commentaires

Anonyme

Rectification. Vous auriez du lire :

Salut Arnaud, comment t'es venu l'idée de faire un film sur les Municipales à Tours ?

"Je me suis inspiré du super film "Politique Chronique" sorti par Sans Canal Fixe en 2001"

Désormais, n'importe quel gugusse doté d'une caméra appelle pompeusement un "documentaire" une succession d'images sans grand intérêt avec un son direct tout pourri. Grotesque.
Son truc, c'est un document, tout au plus.
Next.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats