Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

lundi 31 mars 2014

Serge Babary élu maire de Tours, retour sur la soirée électorale.


Dès 20h, la rumeur gonfle dans les couloirs de la mairie, la droite remporterait le scrutin. Alors que la foule grossit, les résultats de Velpeau tombent, Jean Germain ne fait pas le plein et devance de peu Serge Babary dans ce quartier habitué au vote écolo-socialiste. Quelques minutes plus tard, les quartiers populaires de Tours Nord font basculer la droite devant. Ce qui était encore inimaginable dix jours auparavant est en train de se produire, la ville de Tours bascule à droite.


20h45 : Jean Germain convie la presse dans son bureau. Devant une dizaine de journalistes, photographes, blogueurs, le maire de Tours assis sur le coin de son bureau reconnait officiellement sa défaite : " Il n'y a pas besoin d'attendre les résultats définitifs pour dire que nous avons perdu les élections". Le désormais ex-maire mais toujours sénateur de Tours fait bonne figure et félicite Serge Babary son opposant en lui souhaitant bonne chance pour la période qui vient. Avec un ton solennel Jean Germain dit vouloir s'occuper du sort de ses collaborateurs avant d'observer une période de silence de plusieurs mois. L'intervention ne dure que quelques minutes, l'ancien maire ne s'étend pas dans ses propos et va à l'essentiel, on le sent sonné même si il ne se dit pas abattu.

Dans les couloirs de la mairie Emmanuel Denis répond aussi aux questions, on sent chez les Verts une amertume, leur beau score du premier tour parait loin. Certains en off rejettent la faute aux cadres locaux du parti, coupables de la politique d'alliance avec le PS. Emmanuel Denis regrette lui à demi-mots la non-alliance avec la liste "C'est au Tours du Peuple". 

21h30 : Serge Babary arrive à la mairie entouré d'une foule compacte et de nombreux objectifs. Le nouveau maire de Tours embrasse ses proches, serre des mains, répond aux journalistes. Autour de lui ses proches se félicitent, grands sourires aux lèvres. Les ténors de la droite locale, Philippe Briand, Claude Greff, Dominique Leclerc, Pierre Louault... sont également présents pour féliciter Serge Babary finalement crédité de plus de 49 % des voix.

Dehors, des projecteurs envoient une lumière bleue sur la mairie ainsi que des messages de bon goût "Au revoir Monsieur Germain !" et "Monsieur Germain fait ses valises" qui ont le don de faire rire les électeurs de droite rassemblés à l'extérieur et qui entament une Marseillaise avant de se déhancher sur le son de la chanson "Happy". 

Dans le même temps, à la brasserie de l'Univers, la liste "C'est au Tours du Peuple" s'est réunie une dernière fois pour commenter le deuxième tour et en tirer un communiqué de presse. Accusés plutôt dans la soirée par Jean Patrick Gille d'avoir fait perdre la gauche, Claude Bourdin et ses colistiers se disent fiers de ne pas avoir trahi leurs électeurs et réaffirment leur stratégie d'une gauche indépendante du PS en citant l'exemple de Grenoble. 

Minuit : les portes de la mairie sont dorénavant fermées, la fête se déroule de l'autre côté de la place Jean Jaurès, à la permanence de Serge Babary où la droite tourangelle fête sa victoire. Une victoire qui tient plus à la défaite de la gauche qu'à autre chose, mais peu importe l'essentiel est ailleurs, un peu comme un soir de 1995 où Jean Germain contre toute attente avait ravi la mairie à la faveur d'un désaveu de la population envers le maire sortant Jean Royer, coupable du mandat de trop...  l'histoire se répète inlassablement pour ceux qui refusent de l'entendre.

7 commentaires

Anonyme

Le problème de Germain c'est qu'à force d'être méprisant il en est devenu méprisable ! Et voilà comment ce qui devait être une quinte flush se transforme à la rivière en queue de loir ! Et dire qu'il nous aura fait dépensé quelque 500 millions d'euros pour moins de 15 km de tramway mal car trop vite pensés tout ça parce que Monsieur ne voulait pas "compromettre" sa réélection !!? Alors comme dit la chanson à propos d'un célèbre dictateur :
My name is Jean Germain, Jean Germain
I have a big project sans jardin
I want to buy, want to buy, want to buy, want to buy, want to buy
Bienvenue en Touraine, Jean Germain
Je te vends des virages et des tours
Et comme t’as l’air sympa, je t’offre un Cortot, c’est cadeau
Alors là je propose pour ce geste grandiose
Une standing ovation
Belle leçon commerciale à la face du monde
Alors là je propose, c’est la moindre des choses
Une standing ovation
Joli geste commercial à la face du monde

Anonyme

Un copain me disait ce midi "je n'ai jamais été content de la défaite d'un candidat de gauche, mais là, je dois dire qu'on a fêté cela comme rarement j'ai fait la fête depuis 25 ans"
Lui répondant sur un ton blasé "ben, je ne veux pas te casser ton ambiance, mais en fait vous avez tout simplement fêté la défaite d'un candidat de droite !"
Fronçant les sourcils en se répétant ma phrase dans sa tête il me dit ensuite "ben oui, t'as raison ! Je suis con, j'ai même pas à avoir honte. C'est eux qui devraient avoir honte d'être devenu si ... Allez, on retourne fêter cela !!"

Anonyme

Dans leur malheur Germain et le PS ont de la chance, ils n'auront pas à assumer les futures augmentations d'impôts et de taxes locales qui se profilent à l'horizon et qui seront dues à leur boulimie d'endettement. Ce n'est évidement pas fait exprès car j'imagine bien qu'ils auraient préféré rester bien au chaud dans leur tours d'ivoire municipale, mais bon, ils pourront toujours essayer de se consoler avec ce qui restera pour 2014 comme leur dernière fumisterie.

Anonyme

J. Germain reste sénateur donc il est pépère le bonhomme. En plus, comme le Sénat va repasser à droite, ça tombe bien, il retrouvera un groupe majoritaire et aura tout le loisir de bonne sieste pour reconstruire son "temple intérieur".

Anonyme

"Germain dit vouloir s'occuper du sort de ses collaborateurs" Doit-on comprendre que c'est de Mme Han dont il s'agit ?

Anonyme

Maintenant ça va être l'heure de l'audit et là franchement, même caché derrière son immunité parlementaire, j'aimerai pas être à la place de Jean Germain

Anonyme

le commentaire posté ci-dessus sur l'attitude méprisante de M. Germain me rappelle une citation de notre ami Albert Camus tirée ''L'homme révolté'' : << Le fascisme, c’est le mépris. Inversement, toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme >>.
Voilà de quoi faire réfléchir un PS qui pave la voie au FN !!
Rendez-vous donc aux européennes, en souhaitant que le peuple de gauche votera cette fois à GAUCHE et non pas pour ces nouveaux néo-conservateurs que sont une majorité des édiles du PS ! A bon entendeur, salut.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats