Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

lundi 3 mars 2014

Municipales à Tours : Un piètre remue-ménage

A Tours, la campagne municipale a du mal à s'emballer et semble peu intéresser les tourangeaux. Il faut dire qu'à moins de trois semaines du premier tour, les deux principales listes, celle du PS et celle de l'UMP n'ont toujours pas communiqué leur programme, se contentant d'effets d'annonces (télécabine au dessus de la Loire) ou de sophisme électoral (favoriser l'implantation d'entreprises créatrices d'emploi, [sic !]).

En revanche, les derniers "évènements" de cette non-campagne nous offrent déjà quelques éléments d'analyse. Le premier enseignement c'est que malgré une position fragilisée par sa mise en examen, c'est bel et bien Jean Germain, le principal bénéficiaire des semaines écoulées. Entre l'annonce de son entrée en campagne à la présentation de sa liste, le maire sortant a obligé ses adversaires, à chacune de ses sorties médiatiques, à aller sur son propre terrain.

Le dernier exemple en date est la présentation de sa liste qui continue de secouer la campagne une semaine après. La raison ? Sa large ouverture, avec la présence de communistes, de membres du Modem mais aussi de membres de droite à commencer par Laëtitia Jallot (numéro deux sur la liste UMP en 2008) mais surtout Pascal Ménage, ancien député UMP et et chef de file de l'opposition municipale ces six dernières années.

La droite a logiquement crié à la trahison suite à ce revirement de la part de Pascal Ménage qui jette le discrédit sur les discours d'une droite enfin unie autour de Serge Babary. Il est vrai que ce ralliement a de quoi décontenancer tous les observateurs, tant l'ancien député s'est montré offensif envers le maire ces dernières années (voir une sélection de ses déclarations chez Dadavidov). Cependant, la droite s'engouffre petit à petit dans le piège de Jean Germain en se cantonnant à une campagne de réaction et d'opposition. Il suffit de regarder la page d'accueil du site de la liste Tou(r)s Ensemble pour voir que sur les dernières publications, la grande majorité ne sont que des réactions à l'actualité du maire sortant qui dicte ainsi le tempo de la campagne.

A gauche, cette ouverture a également fait réagir. La liste "C'est au tours du peuple", soutenue par le NPA et le PG a convié suite à cette annonce le PCF et EELV à une rencontre. Seuls les écologistes ont répondu à cette invitation. La rencontre qui a eu lieu hier n'a au final rien donné. En cause, la position des deux listes pour le second tour ; les écologistes, malgré une campagne offensive à l'égard du maire sortant, n'excluant pas un accord avec ce dernier pour le second tour. Là encore, c'est la position de la gauche vis à vis du PS qui jette le trouble et qui condamne une alliance entre ces deux listes qui évoluent pourtant toutes les deux sur un discours clairement ancré à gauche. Ce non rapprochement risque de faire logiquement le jeu de Jean Germain en divisant les voix des électeurs de gauche.


2 commentaires

Eric Caillé 22:17:00

A Tours ou ailleurs sur le territoire, ça ne passionne personne.

elmer

Cela fait malheureusement le jeu des politiciens professionnels, que le citoyen lambda ne soit pas intéressé par cette élection. Ils-elles peuvent donc manœuvrer pour leur intérêt personnel en toute quiétude.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats