Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

samedi 15 mars 2014

Municipales à Tours : Retour sur le débat de "des ô et débats"

Source
Après le débat à l'école de Journalisme dans la semaine (Vous pouvez retrouver le son intégral du débat sur La Rotative ou un résumé chez Detoutderien) avait lieu ce matin le deuxième grand débat de la semaine des Muncipales à Tours. 

Celui-ci organisé par l'émission de Radio Béton "Des ô et Débats" accueillait quatre candidats : Les têtes de liste Emmanuel Denis ("Un Tours d'avance"-EELV) et Claude Bourdin ("C'est Au tours du Peuple"-gauche radicale), ainsi que Cécile Jonathan numéro 2 de la liste "Tours, Tout Simplement" conduite par Jean Germain (PS) et Christophe Bouchet, porte parole de la liste "Tou(r)s Ensemble" de Serge Babary (UMP). 

En voici un long résumé. Sinon l'émission (environ 1h15) est déjà en ligne sur le site de "Des ô et Débats"

La démocratie participative

Le premier thème abordé fut celui de la démocratie participative. L'occasion pour Claude Bourdin de réaffirmer la position de sa liste qui a fait de cette thématique un axe important de sa campagne. Il a fermement dit vouloir en finir avec le système Germain, celui d'un maire qui décide seul. Une déclaration qu'il a rendu concrète par les deux propositions suivantes : 
  • Création de conseils participatifs dotés de budgets conséquents en remplacement des Conseils de Vie Locaux (CVL).  
  • Mise en place de référendums décisionnels locaux pour tous les grands projets de la municipalité. 
Répondant à ce dernier, Cécile Jonathan a rappelé qu'en terme de démocratie participative c'était Jean Germain qui avait été précurseur en créant les CVL. Elle s'est opposée également au représentant de la gauche radicale en affirmant qu'à chaque grand projet, un comité de riverains, de commerçants était créé. 

Des propos qui n'auront pas convaincu Christophe Bouchet, le représentant de la droite qui a commencé un numéro de grand naïf ne comprenant pas grand chose à ce qui se passait à Tours. Il s'est dit d'accord avec Claude Bourdin sur une nécessité de transparence dans les décisions et a cité en exemple les projets du haut de la rue nationale, de la Tranchée, des casernes pour lesquels on ne sait pas bien ce qui est en cours de négociation, ce qui est signé, commencé... "Je pense que la possibilité de faire mieux est large" a-t-il conclu. 

Le candidat écologiste Emmanuel Denis s'est dit d'accord également avec Claude Bourdin en précisant qu'il fallait "remettre les citoyens au centre des décisions, aussi bien en amont qu'en aval".

Les transports

Christophe Bouchet dut réagir sur la position de la liste de droite sur le tramway. Alors que l'animateur lui demandait si sa liste était contre, le candidat a rétorqué qu'il ne s'agissait pas d'être pour ou contre, puisqu'il existait déjà. "Ce qu'on critique c'est son surcoût qui est l'équivalent du coût du Vinci qu'on nous rabâche depuis 20 ans, soit environ 63 millions d'euros".
Le porte parole de "Tou(r)s Ensemble" a élargi le propos sur les transports en affirmant que le souci principal était les points de complexité qu'il faut enlever, à commencer par la liaison des deux gares de Tours et de Saint-Pierre des Corps, ainsi que le système de transports en commun dans l'agglomération qui fonctionne mal depuis le nouveau réseau.

Claude Bourdin a commencé son propos par la mesure phare de sa liste : La gratuité des transports en commun. Une nécessité selon lui, bénéfique pour la santé et pour la sécurité routière. Cette mesure est estimée à 20 millions d'euros par an et peut être financée en faisant des économies sur les grands projets d'après Claude Bourdin, qui en a profité pour pointer du doigt les projets de télécabines des écologistes et de Jean Germain. 

Selon lui, il faut également revoir le maillage du réseau Fil Bleu, bien moins performant depuis qu'il a été repensé pour l'arrivée du tramway. Le candidat de gauche s'est dit aussi pour une liaison entre les deux gares via des navettes régulières (toutes les dix minutes). 

Emmanuel Denis a réagi en affirmant que la gratuité n'était pas raisonnable parce qu'on ne pouvait pas se priver de 20 millions d'euros dans le budget municipal, "Les transports gratuits sont possibles quand les recettes sont faibles, ce qui n'est pas le cas pour Tours où cela ferait un trop gros manque à gagner". 
Il a ajouté que le problème était ailleurs, que c'est le maillage du territoire qui était à revoir. 

En ce qui concerne la gratuité des transports, Cécile Jonathan a également jugé cette mesure comme non raisonnable en précisant que "tout a un coût, il faut le faire comprendre au citoyen". L'actuelle conseillère municipale a défendu la télécabine voulue pour franchir la Loire en expliquant que cela existait et marchait très bien ailleurs. Elle a aussi rappelé que si ils étaient élus, ils envisageraient une deuxième ligne de tramway.

Urbanisme 

La question de l'urbanisme a également été abordée lors de ce débat. Claude Bourdin a renouvelé son opposition aux partenariats avec le privé : "On a laissé la clé aux promoteurs et aménageurs privés, du coup on se retrouve comme aux 2 Lions avec des quartiers où il n'y a pas de lieux de vie. Dans ces nouveaux quartiers il faut remettre de l'humain" a-t-il martelé. 

Claude Bourdin en a profité pour habilement lier cette question à celle du budget, ce qui lui a permis de revenir sur sa mesure phare des transports en commun gratuits : "On ne fera pas de grands projets bling bling comme Jean Germain. Par exemple, la Cité Gastronomique, actuellement estimée à 30 millions d'euros, nous nous la ferons à 10 millions. Les 20 millions d'économisés serviront à la gratuité des transports en commun".

Emmanuel Denis s'est prononcé en faveur d'une densification harmonieuse. Il a expliqué : "Aujourd'hui il y a une densification très forte, les gens s'en plaignent. Nous voulons remettre la nature au coeur de la ville, en ajoutant des jardins publics. C'est important pour la biodiversité, pour la régulation climatique et de plus cela créé des lieux de vie, car les gens s'y retrouvent".

Cécile Jonathan s'est dite d'accord avec le candidat écologiste sur ces sujets, en précisant : "Il faut éviter l'étalement urbain et cela passe par une densification des villes, mais il faut le faire à l'échelle humaine". 

Elle a poursuivi en évoquant le projet du haut de la rue Nationale, en le qualifiant de lieu symbole qui va devenir culturel et qui va répondre au problème de l'offre hôtelière. Ceci lui a permis de revenir sur la démocratie locale pour rejeter l'idée de référendum de la liste "C'est au Tour(s) du Peuple" : "Les élections ça sert aussi pour les citoyens à trancher les questions sur les grands projets", un refrain que l'équipe de Jean Germain avait déjà sorti lors des municipales de 2008 au sujet du tramway... 

Elle a enfin défendu le bilan de la municipalité actuelle : "On essaye d'avoir des choses équilibrées en permettant de se loger à des coûts modestes, c'est ce que nous faisons depuis 19 ans. Je ne veux pas d'une ville comme Orléans où les jeunes ne pensent qu'à se barrer"

Christophe Bouchet a repris la parole en continuant son rôle de faux naïf. Un rôle (si j'ai tout compris) qui était censé dénoncer un manque de clarté dans les décisions de l'équipe de Jean Germain : "J'ai pas très bien compris le projet du haut de la rue nationale c'est négocié ou c'est en cours ?". Le candidat dénonçait notamment des projets qui selon lui ont été annoncés avant d'être mis en stand-by comme la tour de la gare.

Culture

Claude Bourdin a redit le soutien à Ohé du Bateau et au pôle de l'image indépendant à Tours Nord des cinémas Studios en précisant que pour lui c'était une question d'aménagement culturel et pas commercial. 
Sa liste souhaite proposer des lieux culturels décloisonnés en redonnant le pouvoir aux citoyens dans ces lieux. Enfin pour lui il faut créer des passerelles entre les lieux culturels. Tout ceci ne sera possible qu'en lançant "des grands états généraux de la culture pour décider ensemble de la politique culturelle des vingt prochaines années".

Des remarques avec lesquelles Emmanuel Denis s'est dit globalement d'accord. Ce dernier a évoqué également la volonté de créer des médiateurs culturels ainsi que l''insertion de la culture dans l'éducation : "On a un projet éducatif culturel pour permettre aux enfants de s'ouvrir à tous les types de culture".

Cécile Jonathan a défendu le bilan de l'équipe sortante : "Aujourd'hui chaque acteur culturel peut trouver sa place. Pour rappel on est en train de faire le 37e Parallèle et le point Haut qui vont bénéficier à de nombreux acteurs locaux"
Elle en a profité pour annoncer que les contacts avec Ohé du Bateau ont été repris cette semaine, malgré leurs différents.

Christophe Bouchet, n'avait à ce moment du débat "pas très bien compris ce qu'était la politique culturelle de la municipalité". Pour la droite, l'important est d'associer la culture au rayonnement de la ville et à la Loire : "On ne voit à aucun moment la vision pour cette ville. C'est grâce à la culture liée au territoire que Tours pourra rayonner à nouveau"


Ces thématiques de programme passées, il était temps aux animateurs d'évoquer les stratégies électorales : 

Sans surprise, Emmanuel Denis s'est dit pour une alliance entre les listes de gauche en position de fusionner (plus de 5% des suffrages exprimés) ou de se maintenir (plus de 10% des suffrages exprimés) au soir du premier tour : "Notre priorité est de garder la ville à gauche et de faire en sorte que cela ne puisse pas se faire sans les écologistes".

Cécile Jonathan s'est dite nulle en bidouillages électoraux "Moi mon seul sujet c'est de conserver la ville et de mettre le FN au plus bas". Malgré plusieurs piques pendant le débat, elle s'est dite prête à discuter avec toute la gauche, y compris avec Claude Bourdin.

Pour ce dernier en revanche, il n'est pas question de négocier avec Jean Germain depuis que celui-ci a pris la décision de mettre des gens de droite sur sa liste. Cette liste n'est plus à gauche selon lui, mais au centre. 
Un rapprochement avec les Verts reste possible : "nous partageons des convictions communes, on pourra discuter avec eux". Mais Claude Bourdin a également rappelé que l'objectif était d'atteindre les 10 % et d'être au second tour.

Christophe Bouchet qui selon ses propres mots n'a "pas très bien compris la réponse de Claude Bourdin", a lui rejeté toute alliance avec le FN. Il s'est de plus adressé aux électeurs en ajoutant que voter FN, c'est voter Germain et que voter Verts c'est voter Germain aussi. Ce qui a valu une petite passe d'armes avec Emmanuel Denis.


Pour clore l'émission, chaque candidat bénéficiait d'un quartier libre pour évoquer un point de son programme : 

Claude Bourdin s'est penché sur les délégations de service public (qu'il semble mélanger avec les Partenariats Publics Privés) : "Nous voulons passer en régie municipale et d'agglomération les transports, l'eau, les loisirs... On arrêtera les financements à Ryanair, à Dalkia, Kéolis, etc... car quand on donne de l'argent à ses sociétés c'est au détriment des services publics"

Christophe Bouchet a enfin évoqué le projet de sa liste alors qu'il était resté jusqu'alors dans une posture majoritairement critique. Selon lui, Tours est mal placée dans la région Centre et celle-ci est mal placée en France. Partant de ce constat, le projet de sa liste c'est l'emploi "qu'il faut dynamiser en se servant des outils que l'on a" (noeud ferroviaire, université, patrimoine...)."Il faut que l'on devienne un carrefour numérique pour créer des conditions favorables à l'emploi"

Cécile Jonathan a de nouveau parlé de la question du logement, "une question importante pour les jeunes qui travaillent et qu'il faut aider tout comme les classes les plus pauvres, c'est ça la politique de gauche" a -t-elle dit tout en rappelant que 18 % de la population de Tours vit sous le seuil de pauvreté.

Enfin, Emmanuel Denis a évoqué les propositions d'emploi durable de sa liste qui veut également favoriser l'ESS (Economie sociale et solidaire).

3 commentaires

gael detoutderien 23:55:00

tres bien pas besoin d'en faire un du coup :)

tu as vu sur les photos la position d'Emmanuel Dnis ? en retrait, comme pendant une grande partie du débat à l'IUT

Anonyme

Mme Jonathan ou plutôt Mme Gilles : ça fait un moment qu'ils essayent de la placer....eux, ils ne vivent pas sous le seuil de pauvreté ..
La région, l'europe, la mairie maintenant ..Elle va bien finir par arriver à se placer qq part.. bizarre elle passe vraiment pas . Quel est son bilan dans les postes qu'on lui a "donné"?
il faut rappeller le cv en histoire de l'art .....
etc...

benoit wolf 08:50:00

Cet anonyme est vraiment misogyne ou phalocrate.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats