Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

vendredi 15 novembre 2013

Michelin : Les salariés votent l'accord

A Joué-lès-Tours, les salariés de Michelin se sont prononcés en faveur de l'accord du plan social négocié depuis plusieurs semaines par l'intersyndicale avec la direction. 

Réunis jeudi en Assemblée générale, les salariés se sont prononcés massivement à main levée en faveur de l'accord proposé par la direction, après négociations avec les représentants syndicaux. Comme ils s'étaient engagés, la CFDT, la CGC et SUD suivront l'avis des salariés en signant l'accord, la CGT elle ne signera pas. Une position expliquée par Claude Guillon, délégué CGT : "Notre position nationale est que ce plan social n'est pas justifié économiquement, donc nous n'avons pas à le signer". Pour autant, la CGT a pris part aux négociations depuis le début, ce que justifie  le délégué : "Même si nous refusons le plan social, une fois que nous savions que c'était acté, l'objectif était d'obtenir le maximum pour les salariés. Là il en manque, notamment sur la mobilité externe où la prime supra-conventionnelle n'est pas à la hauteur".

"Le moins pire"

Pour Olivier C. du syndicat SUD, majoritaire à Joué-lès-Tours, cet accord est le "moins pire" qu'ils pouvaient obtenir. Le secrétaire du comité d’entreprise souligne également que l'intersyndicale a réussi à obtenir des avancées importantes par rapport au projet initial de la direction. "Des avancées que l'on a obtenu aux forceps, en se battant seuls, sans soutien extérieur" rappelle-t-il. Pour autant, Olivier C. ajoute "que cela reste un plan social non justifié économiquement qui va engendrer des difficultés, notamment pour les salariés qui ont aux environs de 50 ans et qui n'entrent pas dans les mesures d'âges". Le syndicaliste admet également être amer et aurait préféré ne pas avoir à signer cet accord : "Là on a un peu la gueule de bois car il ne faut pas oublier que cela reste un plan social malgré tout. C'est pas facile de le signer, mais si on ne le fait pas, les salariés vont partir avec le minimum légal, à moins de s'engager dans des procédures juridiques longues et compliquées, ce que personne n'a envie". 

Si Olivier C. est amer, c'est avant tout envers la direction du géant du pneumatique : "L'entreprise n'a pas été réglo avec les salariés qui méritaient mieux. Ce n'est pas normal de les laisser dans le doute aussi longtemps, d'avoir dix réunions pour arriver à cet accord".

"Les perdants c'est nous"

Du côté des salariés, le ton oscille aussi entre soulagement de voir le bout du tunnel et amertume également. Beaucoup rappellent que le finalité est et restera la perte de leur emploi, l'obligation de déménager ou de retrouver un emploi, chose peu évidente vu la conjoncture actuelle. "Je ne vois pas quel employeur voudra de moi" dit l'un d'eux avec un certain désarroi, tandis qu'un collègue précise "c'est une casse sociale et humaine même avec les indemnités. Au final c'est nous les perdants pas la boite qui continuera d'engendrer des bénéfices qui se chiffrent en milliards"

Sur l'accord qu'ils ont voté, tous sont unanimes, si ils ont voté pour l'accord c'est plus par dépit, par peur de se retrouver sans rien, comme ce fut le cas pour les employés du site de Poitiers. "Ça ne veut pas dire que l'on accepte le plan social, simplement il faut comprendre que ça fait des mois que l'on est dans le doute, qu'on n'a pas de réponses à offrir à nos proches, il est temps que tout ça se termine" ajoute l'un d'eux. Des mois d'attente usantes pour ces salariés qui ajoutent une pression supplémentaire sur leurs épaules. Selon les syndicats les arrêts de travail sont en hausse depuis deux mois, "certains sont tombés en dépression, d'autres viennent avec la boule au ventre. Il y a eu jusqu'à 15 % des effectifs en arrêts de travail dans certaines équipes" précise un salarié syndiqué.

L'accord devrait être signé par les syndicats le 27 novembre, lors du prochain comité central d'entreprise.

0 commentaires

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats