Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

jeudi 7 novembre 2013

Michelin : les négociations presque terminées, la CGT ne signera pas

Les négociations autour du plan social à Michelin Joué-lès-Tours sont maintenant presque terminées, les syndicats et la direction ayant abordé l'ensemble des points du plan social. Il reste à discuter des points techniques, mais l'accord est maintenant quasiment fait.

Lors de la dernière réunion de négociations qui s'est tenue hier, l'intersyndicale a notamment obtenu des améliorations au niveau des ATP (ateliers de transition professionnelle) et des avancées pour les travailleurs reconnus handicapés (ce qui peuvent partir avant le 30 juin 2019 en retraite pourront rentrer dans les mesures de fin de carrière). Ils n'ont en revanche pas obtenu d'augmentation de la prime à la création d'entreprise (fixée à 15 000 euros par Michelin), ni le paiement des jours de grève du mois d'octobre (Michelin a seulement concédé un étalement).

Les syndicats rendront compte de l'accord ce soir et demain aux salariés. Ceux-ci se réuniront par la suite (vraisemblablement la semaine prochaine) en assemblée générale pour donner leur avis sur cet accord.
Chez les syndicats, la CGT a annoncé lundi dernier qu'elle ne signerait pas l'accord et qu'elle quittait l'intersyndicale. Joints par téléphone, les délégués de la CGT à Joué-lès-Tours n'ont pas donné suite à mes appels.

De son côté, Olivier C., secrétaire du comité d’entreprise et délégué SUD à l’usine de Joué-lès-Tours, joint également par téléphone, déclare que les représentants SUD se plieront à l'avis de l'assemblée générale : "Notre position est claire depuis le début, nous faisons parti des négociations pour obtenir le maximum, mais nous ferons ce que veulent les salariés, car nous ne négocions pas pour nous, mais pour eux. Si ils acceptent l'accord nous le signerons, sinon non."
 
Pour que l'accord soit entériné, il faut que deux syndicats sur les quatre présents à la table des négociations (CGC, CFDT, CGT et SUD) en soient signataires. Dans le cas contraire un accord à minima, sans obligation de signatures sera mis en place. 

La position de la CGT ne remet donc pas en cause pour le moment l'accord négocié à un point près : L'entreprise a accordé lors de la négociation d'hier, une augmentation de 500€ par année d’ancienneté en plus de la prime supra-conventionnelle déjà négociée, mais à la condition qu'un accord unanime (c'est à dire les quatre syndicats cités plus haut) soit signé.

Les premiers licenciements pour les salariés qui ne souhaitent pas entrer soit dans le plan de mesure d'âges (pour ceux nés avant le 30/06/1959) ou dans les mutations (mobilité interne) devraient intervenir dès mars prochain.

0 commentaires

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats