Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

Dossiers à la Une

Michelin Joué-lès-Tours

Suivi complet du plan social à l'usine Michelin de Joué-lès-Tours et des 726 suppressions de postes.

Mame : un patrimoine tourangeau

Retour sur la saga Mame à Tours...

Le Magasin Général

Dossier spécial sur le Magasin Général des matières de Saint-Pierre des Corps.

jeudi 29 mars 2012

Droit de réponse à Laurence Liban de l'Express

La semaine dernière, assez contrarié, j'écrivais un billet à l'encontre du magazine l'Express et Laurence Liban, auteur du dossier "Tours : les monuments disparus". Sachant qu'un blogueur tourangeau avait été contacté par Mme Liban et que celui-ci avait fourni quelques pistes de direction pour l'élaboration de ce dossier, j'y évoquais mes doutes sur l'inspiration de l'auteur concernant certains monuments que j'avais évoqué sur ce blog,

Laurence Liban a répondu à ce billet par téléphone puis en commentaire sur ce blog. A la vue des réponses et éclaircissements apportées par Mme Liban qui me satisfont entièrement, je fais mon mea-culpa. Dans ce billet à charge, je m'étais en effet un peu trop vite emporté. Je retire donc les doutes que j'avais formulé et ajoute ci-dessous la réponse écrite par Mme Liban : 
 Cher blogueur,
De retour de reportage, j'ai pris connaissance de votre message internet et de vos questions concernant mes sources. je vous ai donc répondu par téléphone puis je suis allée, suivant votre conseil, voir la page que vous consacrez à mon travail sur votre blog.

Concernant les trois éléments que vous citez, le cirque, le quartier Lasalle et l'usine à gaz, j'en ai eu connaissance en suivant simplement le mode opératoire du journalisme le plus banal: aller à la source, en l'occurence aux Archives municipales et départementales.

C'est donc le directeur de cette précieuse institution qui m'a donné une liste non exhaustive des bâtiments concernés. C'est là aussi que j'ai pu consulter des opuscules édités par la Mairie de Tours, opuscules dans lesquels sont recueillis les témoignages et les photos concernant les quartiers disparus de la ville. Une fois identifiés les monuments disparus, il est très facile de consulter les illustrations s'y rapportant à la photothèque des archives de la ville. Chacun peut le faire, d'ailleurs.

Quant aux blogs, il en existe plusieurs. le premier que j'ai vu est Regards sur Tours. J'ai eu une conversation avec son auteur et je l'ai personnellement remercié pour son aide.

Quant aux sources, j'ai indiqué celles qui me paraissent les plus importantes et, surtout, les plus fiables: livres et travaux d'historiens.

Quant aux approximations de dates, qui varient fort d'un support à l'autre, j'ai choisi celles qui sont validées par les historiens les plus éminents.

J'espère que ces explications vous conviendront et que vous ne vous priverez pas d'acheter ce numéro de l'Express que j'ai conçu avec le plus grand scrupule.

Laurence Liban
Je remercie donc Mme Liban de m'avoir répondu. A l'avenir, je veillerai à ne pas succomber à une certaine paranoïa et éviterai de réagir à chaud sous le coup de la contrariété.

mercredi 28 mars 2012

La cathédrale Saint-Gatien vue du Sanitas

Nouvelle contribution à la série "La Gatienne vue de..." avec cette carte postale datant des années 50, envoyée par Eric. Nous sommes ici rue Blaise Pascal et la vue dégagée en direction du Nord laisse entrevoir au loin la Gatienne. Une vue qui sera bientôt définitivement obsolète avec la construction de la tour de la gare tant décriée.


Les précédents articles de la série : La cathédrale Saint-Gatien vue de... 

lundi 26 mars 2012

La place Plum' au soleil

Ces derniers jours, les terrasses ressorties se remplissent sous le soleil printanier. Après ces mois d'hiver, la place Plum' revit à nouveau en journée, pour le plaisir de tous.


 

mercredi 21 mars 2012

Quand ce blog inspire l'Express

[MAJ : A lire mon mea culpa suite à ce billet : Droit de réponse à Laurence Liban de l'Express ]

Cette semaine l'Express sort un numéro "régional" avec un dossier d'une dizaine de pages consacré aux monuments disparus de Tours. Je suis d'ordinaire assez critique avec ces dossiers spéciaux, passes-partout souvent creux de généralités banales, pourtant celui de cette semaine, est je trouve assez fourni et intéressant. Bon on y retrouve quelques approximations et erreurs de dates, mais dans l'ensemble c'est plutôt bien fait. 

Ce dossier propose donc de parler de quelques monuments emblématiques de la ville aujourd'hui disparus. On y retrouve ainsi logiquement, les bâtiments de la place Anatole France détruits en 1940, le pont d'Eudes, l'Embarcadère, La collégiale Saint-Martin, Marmoutier... Bref, du classique, mais plutôt bien expliqué. Par contre quel fut mon étonnement quand j'ai vu que ce dossier évoquait également quelques monuments moins connus, des monuments que l'on n'attendait pas forcément. Des monuments que j'avais évoqué sur ce blog comme l'Usine à Gaz, le Cirque de Touraine ou le quartier Lasalle

Loin de moi de jouer à l'auteur paranoïaque, mais quand je vois le peu de références pour ces monuments sur la toile ou dans les livres, je m’interroge sur ce qui a poussé Laurence Liban, l'auteur de ce dossier à en parler. Surtout que je me souviens avoir pas mal cherché pour trouver des infos dessus. Coïncidence étrange également, car quelques phrases que j'avais écrites, sans être plagiées révèlent des similitudes troublantes avec certaines phrases parues dans le magazine.

Loin de moi de vouloir me lancer dans une croisade contre l'Express je trouve même flatteur de savoir qu'un magazine de la sorte vienne piocher des infos dans mes modestes écrits, cependant je trouve dommage que Mme Liban ne m'ait pas contacté, je l'aurai aidé volontiers dans sa recherche. Dommage également que ce dossier ne cite pas ses sources. Je sais très bien que cela arrive, moi même je ne suis pas forcément sur ce blog, faute de temps, toujours aussi pointilleux qu'il le faudrait sur mes sources. Mais la différence est que je tiens ce blog à titre personnel, pour le plaisir et que je n'en tire aucun revenu au contraire de l'Express qui booste généralement ses ventes avec ce genre de dossiers. Dommage également, car Mme Liban devrait être au fait avec la propriété intellectuelle, elle même ayant été plagiée par Joseph Macé-Scaron, ce qui fit pas mal de bruit il y a quelques mois.

Mais sinon, plutôt que de lire l'Express, ou pour ceux qui l'ont acheté et qui voudraient approfondir ce qu'ils ont lu, voici les articles issus de ma rubrique intitulée "Patrimoine disparu" :

mardi 20 mars 2012

La rue Nationale, cette reine balafrée

"Et comptez, si vous y allez, que vous lui trouverez, au milieu d’elle, une rue délicieuse où tout le monde se promène, où toujours il y a du vent, de l’ombre, du soleil, de la pluie et de l’amour. C’est une rue toujours neuve, toujours royale, toujours impériale, une rue patriotique, une rue à deux trottoirs… une rue si large que jamais nul n’a crié : « gare ! », une rue qui ne s’use pas, une rue bien pavée, bien bâtie, propre comme un miroir, populeuse, silencieuse à ses heures, coquette, bien coiffée de nuit par ses jolis toits bleus ; bref, c’est une rue où je suis né, c’est la reine des rues, la seule rue de Tours."
Depuis ces mots de Balzac dans " Les Contes drolatiques ", la rue Nationale a changé, tout du moins sur la forme, car au fond, elle reste toujours la reine des rues de Tours, celle vers qui tous les regards se tournent, l'épicentre de la ville. Malgré les blessures de la guerre puis de la reconstruction, elle reste l'artère principale. Le Conseil Municipal d'hier soir en est une nouvelle preuve, les débats sur la rénovation du haut de cette rue étaient les plus attendus. Le projet a été validé mais il faudra attendre sept ans pour voir ce nouveau visage de la rue, avec la fin des travaux prévus en 2019. Il faudra également patienter pour découvrir les images du projet. On peut se consoler de savoir qu'avec l'arrivée du tramway elle deviendra entièrement piétonne dès l'an prochain.


Mais pour le moment, la rue Nationale offre ses balafres aux passants et les trottoirs de Balzac se font minces face aux barrières qui réduisent l'espace libre. Le jour cela renforce l'impression de fourmilière déjà forte en temps normal. La nuit en revanche, cela offre à la rue un visage nouveau favorisant l'imagination. Une fois les lieux vidés, le calme régnant, ajouté au chantier laissé en l'état pour les jours suivants, donne un côté étrange aux lieux, avec ces engins plantés au milieu de la rue, ces gaines de câbles posées au sol, ce labyrinthe de barrières, ces pavés, ces tas de sable... Tout est question d''interprétation et le passant y verra ce qu'il veut, mais ce qui est sûr c'est que cela change la vision traditionnelle que l'on a de cette reine des rues. 















samedi 17 mars 2012

Les coquetteries du monstre

[Mise A Jour en fin de billet avec la réponse à la question]

 Est-ce parce qu'il fait plus froid et humide aujourd'hui que le Monstre de la place du Grand Marché a été habillé de laine ce jour, ainsi que les arbres et poteaux ? A moins que ce soit par pure coquetterie...







Si certains ont plus d'infos qu'ils n'hésitent pas à les donner en commentaire.

[MAJ] La réponse a été donnée en commentaires : Il s'agit une journée "Street Tricot", organisée par deux étudiantes en communication à l'IUT de Tours en association avec une trentaine de tricoteuses résidant dans plusieurs maisons de retraite de l'agglomération Tourangelle.
Pour plus de détails sur cette opération, voir aussi l'article consacré à ce sujet sur le blog "Le Grand Tours", de la NR.

C'est en tout cas, une belle initiative qui a réussi à susciter la curiosité des passants.

vendredi 16 mars 2012

Expression libre

Les périodes électorales sont des moments propices à la multiplication d'affiches et de messages politiques en tous genres. Tous les supports deviennent valables pour leur diffusion, à commencer par le mobilier urbain. Dans ce lot, certains messages sont plus officiels que d'autres, certains sont plus réfléchis et constructifs, enfin d'autres servent juste à se défouler, comme une sorte d’exutoire. Ce panneau de travaux de la ville de Tours, en est la preuve.


mercredi 14 mars 2012

Le Théâtre Français de Tours

MAJ : Ajout d'une photo d'époque envoyée par Eric

Ce bâtiment classique d'apparence assez ordinaire a une histoire riche et intéressante. Imaginé et construit en 1884 par Henry Racine, ce bâtiment était à l'origine un théâtre, ayant pour nom le Théâtre Français. Sa construction est intervenue quelques mois après l'incendie du Grand Théâtre de Tours. Jusqu'à la réouverture de ce dernier en 1889, le Théâtre Français fait office de théâtre principal de la ville avec ses 2000 places qui en font la plus grande salle de spectacles de Tours. 
Au rez de chaussée des ailes du bâtiment, rues Victor Hugo et George Sand, on trouvait des boutiques comme celle des cycles Lefevre, le propriétaire du Vélodrome de Tours.
En 1922, le Théâtre Français devient une salle de cinéma. En 1929, il subit un incendie qui le détruit en grande partie. Reconstruit en 1931 par l'architecte Eugène Devernois, le bâtiment reprend des parties de l'ancien dont le bas de la façade, mais est transformé d'abord en clinique avant de l'être en appartements. 

Le bâtiment quand il servait de théâtre :

Source : Eric
De son passé de théâtre, il reste quelques éléments que seul le passant curieux pourra découvrir, comme ces trois figures allégoriques théâtrales.




  Le bar voisin rappelle également cette période puisqu'il porte le nom de Racine.


En complément de ce billet, je vous invite à allez voir celui de Dan sur ce même sujet. Vous y retrouverez des photos d'époque :


dimanche 11 mars 2012

Tourraine, TourHaine ou Touraine ?

Les murs le long de l'A10 se sont fait taguer récemment par des individus. Les messages sont pour le moins explicites : "Touraine Populaire", "Touraine, identité, liberté" et ne laissent que peu de doutes sur l'origine des auteurs. La patte ressemble en effet à des militants d'extrême droite, partisans des mouvances identitaires. Si on ne peut pas affirmer bêtement qu'ils sont le fait du groupuscule Vox Populi, néanmoins il semble que les auteurs soient proches des idées prônées par celui-ci. 

Malheureusement pour eux, ces identitaires ont encore pas mal à apprendre sur leur région. En effet, si une des réputations de notre contrée est d'être la région où l'on parle le français le plus pur, ces identitaires restent apparemment assez éloignés de la prose de Balzac ; à un tel point que même le mot Touraine semble leur poser quelques problèmes... 



Chasse aux sorcières à l'UMP 37 ?

Nouvel épisode dans la série rien ne va plus à l'UMP Tours, avec ce communiqué de trois militants UMP de Tours, interdits de meeting de Sarkozy à Villepinte au prétexte qu'ils se sont opposés à l'investiture de Guillaume Peltier (le fameux homme du rassemblement) sur Tours. 


Communiqué de presse de 3 militants de l'UMP Tours
Mathieu CLUZEL, Edith GAILLY, Maryline TOURENNE

La chasse aux sorcières continue à l'UMP 37 !
 
Nous sommes 3 militants UMP engagés et à jour de cotisation, dont 2 sont élus au comité de la 1ère circonscription et 2 qui se sont présentées sous l’étiquette UMP au suffrage universel.

Le 9 mars 2012 il nous a été interdit de monter dans les cars payants mis à la disposition des militants par l'UMP 37 pour participer au meeting de Nicolas Sarkozy le 11 mars à Villepinte au motif que nous étions en désaccord avec l'investiture imposée par la fédération à Guillaume Peltier pour les élections législatives sur la 1ère circonscription. Rayés des fichiers de diffusion depuis des mois, exclusion de Mathieu CLUZEL du bureau des Jeunes Populaires : cela confirme la ligne autoritaire de l'UMP 37.

« Nous sommes Sarkozistes et LIBRES de nos choix politiques locaux ! En 2007, alors que nous défendions les valeurs de Nicolas Sarkozy, Guillaume Peltier les combattait avec mépris ».

Qui sont-ils pour juger de notre fidélité et de notre soutien à Nicolas Sarkozy ? Quelles leçons avons-nous à recevoir de la part d'un opportuniste qui a fait tous les combats contre la majorité présidentielle ? Pourquoi mettre autant d'énergie dans des purges d'une autre époque et aussi peu dans la campagne présidentielle à Tours ?

Cette décision a été prise en Bureau conjointement par Philippe Briand et Guillaume Peltier, bureau sensé travailler à la réélection de Nicolas Sarkozy et non à accélérer la décomposition de l'UMP Tours.

Nous constatons que, loin de renier son passé d'extrême-droite, Guillaume Peltier a rejoint l'UMP en amenant avec lui ses méthodes sectaires, pour en chasser les militants les plus fidèles à Nicolas Sarkozy, qu'il qualifiait lui-même en 2007 "d'imposteur".

Pour plus de détails allez voir sur Médiapart ou sur le blog de la NR

samedi 10 mars 2012

La cathédrale Saint-Gatien vue de Savonnières

Nouveau billet dans la série "La Gatienne vue de..." avec ces clichés envoyés par Christian de l'excellent blog Tourainissime
 


Ces photos sont prises du haut du chemin des 100 marches de Savonnières. A cet endroit nous sommes à environ 12,5 km de distance de la cathédrale, pourtant celle-ci impose toujours sa masse sur le paysage environnant. A ses côtés, pétris dans l'ombre, le dôme de la basilique St-Martin, les tours de l'horloge et Charlemagne semblent même se faire discrets pour laisser à la cathédrale et ses 70m de haut toute la place pour imposer sa souveraine présence.

Merci à Christian pour ce partage. 

Les précédents articles de la série : La cathédrale Saint-Gatien vue de... 

PS : Ce billet fera plaisir à Gaël.

jeudi 8 mars 2012

Editours #6 : Tout n'est pas toujours bon

En l'espace d'une semaine, j'ai reçu deux mails critiques au sujet de mes écrits sur ce blog. Ces mails en nombre très limités, méritent cependant d'ouvrir une réflexion en guise de réponse.

Tout d'abord, il faut rappeler quelques règles de base : Tenir un blog comme le mien, est souvent fait de manière artisanale, sur son temps libre, par pur loisir et ou passion. Un blog comme celui-ci n'a, de plus, pas la vocation d'être un organe de presse. Si le blog contribue à la multiplication de l'information, il n'est pas un média au sens premier du terme. Au mieux, il peut être considéré comme un média citoyen pour reprendre ce terme à la mode. On touche là, à toute la force des blogs, qui ont permis d'ouvrir une fenêtre supplémentaire dans la prise de parole et le débat sur des sujets divers et variés.

Ce blog, n'est pas non plus, un média au sens classique du terme, dans la mesure ou j'y parle de ce que je veux et de la manière dont je le veux. C'est là que se trouve la grande différence entre le journaliste et le blogueur. Ce blog, n'est en effet que le reflet de mes pensées, de mes réflexions sur des sujets qui m'intéressent. Je n'ai jamais eu la prétention de détenir la vérité absolue, ni prétendu écrire en étant objectif et impartial. Bien au contraire, j'ai conscience que ce que j'écris ici est souvent imparfait pour la simple raison que cela ne constitue souvent qu'un point de vue à un instant T. sur des sujets choisis uniquement et volontairement par moi-même. 

Mais même lors de mes billets critiques, j'essaye de ne pas tomber dans le dénigrement, les attaques faciles ou je ne sais quoi encore. Non j'essaye d'argumenter, d'expliquer mes positions et surtout j'essaye d'ouvrir un espace de discussion par le biais des commentaires. L'interactivité restant, malgré la progression de Twitter, Facebook and co, la première raison d'être des blogs. Et dans cet espace de discussion, certains sujets favorisent plus le débat que d'autres.

Sur ce blog, les billets historiques sont appréciés mais restent généralement moins lus que les billets à connotation politique. Je publie également des photos, des billets d'humeurs. Je parle de temps en temps de musique. L'inspiration est par moment plus prolifique, j'ai selon les périodes, plus de temps pour peaufiner mes billets, j'écris parfois pour réagir à chaud sur un sujet... Tous ces éléments font que dans le lot de billets qui sont publiés, tous ne se valent pas forcément. Au final, après avoir expliqué tout ça, je me dis que tout ne peut pas toujours être bon et c'est aussi ce qui fait le charme des blogs.

Les critiques qui me sont adressées sont heureusement marginales, mais elles méritaient cette réflexion. Et quoiqu'il en soit, je vous remercie tous de venir de plus en plus nombreux sur ce blog.

lundi 5 mars 2012

La mise en valeur du patrimoine à Tours.

Lors des élections municipales de 2008, j'avais fait un billet pour évoquer les projets qui devaient à mon sens, être mis en œuvre par la Municipalité élue dans le domaine culturel et patrimonial. J'avais alors pointé le manque de mise en valeur du patrimoine et notamment le manque d'informations pour les passants (touristes ou tourangeaux en balades). 

J'avais imaginé un découpage en quartiers touristiques avec un code couleurs selon les spécificités de chacun, à l'image de ce qui a été fait à Amiens par exemple. Dans ce projet, j'avais également mis en avant le manque de panneaux explicatifs devant les bâtiments patrimoniaux de la ville. Même si on en est pas aux quartiers touristiques que j'avais imaginé, sur le deuxième point, je tenais à signaler les efforts consentis depuis par la Municipalité. 

Panneau installé au passage du Pèlerin
En effet, des panneaux à l'image de celui-ci dessus, fleurissent de plus en plus en ville, devant les monuments tourangeaux. Des panneaux simples et clairs qui permettent à chacun de se réapproprier l'histoire de la ville et de connaître les grands pans de l'histoire de ces monuments. De plus, ils permettent, je pense, en offrant une information d'ouvrir la curiosité des passants sur cette même histoire.

Vu que je n'hésite pas à être critique envers les élus, quand quelque-chose me gène, je tenais dans ce billet à l'inverse, saluer le travail de l'équipe municipale dans cette démarche de mise en valeur du patrimoine.

samedi 3 mars 2012

Panoramas du pont Wilson

Voici une série de trois photos panoramiques qui m'ont été envoyées par @ber_twit. Ce dernier a fait le parallèle avec la bannière de ce blog.




 Un grand merci à lui pour ce partage.

vendredi 2 mars 2012

Claude Greff, la mousquetaire du président

Il n'y a pas à dire l'Indre et Loire est une place sûre pour les politiques. On en a des "stars" dans le coin qui ont (ou pas) une aura nationale. A gauche, Marisol Touraine, la présidente du Conseil Général fait figure de tête d'affiche grâce à son rôle actif dans la campagne de François Hollande. Tellement active qu'on lui prête déjà un poste de ministre si le candidat socialiste est élu. A ses côtés, Jean Patrick Gille a mis à profit son poste de député pour se faire un nom également. Bien que plus discret, le député pourrait bénéficier lui aussi de la victoire de Hollande pour gagner des galons à l'échelle nationale. 

Mais "the place to be", c'est à l'UMP. Alors là, entre Hervé Novelli, Philippe Briand, Guillaume Peltier et Claude Greff, la Touraine fait figure de pépinière pour la droite. Ces quatre là c'est un peu les quatre mousquetaires de Touraine pour l'UMP. Je ne reviendrai pas dans ce billet sur Guillaume Peltier, même si son dernier communiqué mériterait d'être commenté, tellement il est teinté de démagogie populiste et haineuse (allez plutôt lire Dadavidov qui en parle). Je n'évoquerai pas Philippe Briand qui doit être occupé à jongler entre tous ses postes. Point de Hervé Novelli, notre Richelieu des temps modernes, non plus dans ce billet. Non dans ce billet, j'avais envie de parler de Claude Greff, la secrétaire d'Etat à la famille, députée sortante sur la deuxième circonscription d'Indre et Loire et de nouveau candidate à sa propre succession. 

Et oui, car vous ne le savez peut-être pas, mais après l'éviction d'Hervé Novelli, la Touraine a toujours une représentante au gouvernement. Faut dire que la secrétaire d'Etat n'est pas la plus médiatique. Mais quand on creuse un peu, on s’aperçoit qu'elle est capable de quelques perles à l'instar de ce qu'elle a déclarait le 29 juin 2011, selon l'express :
Le 29 juin 2011, date du dernier remaniement, Claude Greff, alors députée d'Indre-et-Loire, plaint haut et fort les députés qui vont être nommés secrétaires d'Etat à un an des législatives et en pleine tourmente pour la majorité.  
Ironique, elle souhaite "bonne chance" à ces kamikazes qui "n'auront plus le temps de s'occuper de leur circonscription" et qui, d'après elle, vont pâtir de leur appartenance au gouvernement. Dans l'après-midi, Claude Greff... est nommée secrétaire d'Etat à la Famille. Aux législatives de juin, elle briguera un troisième mandat de parlementaire. (source : L'Express)
Bien que discrète, la secrétaire d'Etat est ainsi raillée pour certaines des ses déclarations comme ces quelques lapalissades citées par Rue 89 dans un article justement titré : Claude Greff, ministre, inconnue et « môman »

Parmi les faits d'armes de celle qui prétend être la secrétaire de toutes les familles : s'être attirée les foudres des familles homoparentales, comme en témoigne le communiqué visible ici. Ainsi, en pleine campagne présidentielle, dans laquelle le rôle de Claude Greff est de conseiller Nicolas Sarkozy sur la famille, la secrétaire d'Etat prend soin de soigner l'électorat catholique de la droite en se montrant ferme et caricaturale sur ce sujet.
Caricaturale, Claude Greff peut l'être aussi quand elle répond à un autre élu, comme dans cet article de VSD : « Avant, je soignais le corps et la maladie. Aujourd’hui, je soigne le comportement social des citoyens. Le président est comme un chirurgien, c’est lui qui prend ou pas la décision d’opérer. » 

Personnellement je ne sais pas si Mme Greff est la cinquième roue du carrosse comme le dit Bruno Le Roux dans l'article cité au dessus, mais par contre, je pense que son passage au gouvernement et son éloignement de sa circonscription va lui jouer des tours avec le risque pour cette mousquetaire du président d'être envoyée à la retraite parlementaire en juin prochain.

jeudi 1 mars 2012

Le Second Tour, c'est vachement bien

Non, je ne vais pas parler du second tour de la Présidentielle, car pour tout vous dire je n'ai aucune idée à l'heure actuelle si il va être vachement bien. Faudrait déjà voir si le premier ne se passera pas trop mal. Non, quand je dis que le second tour c'est vachement bien, je veux parler de Second Tour, le dernier album de Zebda, sorti fin janvier.

Alors j'entends déjà les grincheux : "Ils reviennent faire la même chose" ; "Comme par hasard ils se reforment pour la Présidentielle", etc. etc. etc.
Mais oui, vous avez tout à fait raison. Zebda s'est reformé pour refaire du Zebda, et c'est même ce qu'ils font de mieux. Cet album m'a de nouveau emballé, j'espérais retrouver tous les ingrédients qui ont fait le succès du groupe toulousain, je ne suis pas déçu. Derrière les musiques entrainantes et/ou joyeuses se dissimulent toujours des textes engagés et incisifs. L'accent chantant du Sud-Ouest est toujours présent. Bref, ce nouvel album, ça sent le soleil, ça met la banane et c'est engagé, what else ?

Mais pourquoi il nous parle de Zebda sur ce blog consacré à la Touraine ?

Alors là, si tu te poses la question cher lecteur, c'est que tu ne lis pas le blog de Gaël (ce qui n'est pas bien) sinon tu saurais que Zebda se produira au festival Aucard de Tours en juin prochain.
D'ici là, comme je suis sympa, pour que tu puisses te faire une idée sur ce Second Tour je te joins cette petite playlist de cinq titres enregistrés lors du passage de Zebda à l'émission Acoustic : 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats