Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

vendredi 23 novembre 2012

Ohé du Bateau : Lettre ouverte à M. le Maire de Tours

Le collectif Ohé du bateau en désaccord avec la mairie sur les termes et le montant du bail que la Semivit veut leur concéder dans le cadre de la relance du Bateau Ivre, lance une pétition et une lettre ouverte à Jean Germain

A noter que pour communiquer autour de cette lettre ouverte, le collectif se réunira dimanche matin sur le marché Velpeau pour offrir sa soupe populaire .

La pétition a déjà reçue 527 signatures à l'heure actuelle. Si vous souhaitez apposer votre nom également cela se passe ici : 


Sinon, si vous souhaitez simplement en savoir un peu plus, vous pouvez toujours lire la la lettre ouverte ci-dessous : 

Lettre ouverte à M. le Maire de Tours et aux élus du Conseil Municipal de Tours

Mesdames, Messieurs les élu(e)s,

Depuis maintenant 24 mois, l’association Ohé du Bateau, qui regroupe plus de 500 adhérents, citoyens et associations, se mobilise et s’organise pour que l’ancienne salle mythique du Bateau Ivre puisse continuer à tenir une place importante dans le paysage culturel de notre Cité.

Nous avons l’ambition et la volonté de faire de ce lieu qui fut d’abord cinéma (« Cinéma Casino », « Les Studio »), puis salle de musique (« L’Amphi ») et enfin salle de spectacle (« Le Bateau Ivre »), une distillerie culturelle sous la forme d’une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) fondée sur l’économie sociale et solidaire.

Notre action a rapidement suscité l’adhésion de très nombreux Tourangeaux qui ont manifesté à plusieurs reprises leur intérêt et leur engagement pour ce projet innovant.

Vous avez jusqu’à présent accompagné cette mobilisation citoyenne en faisant acheter à l’unanimité du conseil municipal en juillet dernier, via la SEMIVIT, le bâtiment qui a pu être ainsi « mis sous cloche » et éviter de fait le risque de sa destruction ou de la fin de sa spécificité culturelle.

Le loyer proposé à l’association Ohé du bateau par la SEMIVIT pour l’exploitation de la salle ne correspond pas hélas à votre promesse « de mise à disposition pour un bail d’un faible montant » (Lettre de Monsieur le maire du 17/01/2011) et ne nous permet pas de viabilité économique pour l’entreprise coopérative que nous voulons créer avec une politique tarifaire accessible à tout le monde.

Pour que ce lieu puisse rouvrir ses portes, le propriétaire, la SEMIVIT, nous propose un loyer de 4500€ HT et la réalisation à notre charge de gros travaux évalués à 250 000€ (aménagement intérieur, mise aux normes, mise en accessibilité, isolation acoustique, électricité, sanitaires etc.).

Cette proposition nous met dans une impasse économique qui pourrait être débloquée selon différentes modalités comme par exemple :
  • Un loyer n’excédant pas 1 000 euros et des travaux d’aménagement intérieur à notre charge
  • Une prise en charge de la globalité des travaux par le propriétaire avec un loyer de 4 500 euros alors supportable par la SCIC.
Nous avons choisi de monter une SCIC permettant juridiquement de faire rentrer dans le capital social de l’entreprise, à hauteur de 20%, les différentes collectivités territoriales et les 80% restants, des personnes physiques et morales.

Pourquoi défendons-nous ce dossier qui tient à cœur à de nombreux Tourangeaux ?

Parce que ce projet de distillerie culturelle permet de mutualiser une salle modulable de 50 à 300 spectateurs entre différents acteurs culturels de l’agglomération tourangelle, du département et de la région.

Parce que ce Nouveau Bato peut être LA scène ouverte à toutes les disciplines artistiques (théâtre, concerts, danse, arts plastiques, cinéma, cabaret, conférences, débats, expositions, performances) où pourront se produire les artistes locaux naissants qui n’ont pas de lieux pour s’exprimer, répéter, créer et se faire connaître localement dans de bonnes conditions financières, techniques et artistiques.

Parce que ce projet unique de coopérative permet de créer un nouveau rapport entre les citoyens, les spectateurs, les acteurs culturels et les collectivités locales.

Parce que ce projet citoyen apporte un nouvel espace de participation démocratique, d’éducation populaire et de rencontre aux citoyens de toutes les couches sociales.

Parce que cette entreprise constitue une expérience originale de construction d’une économie sociale et solidaire ancrée sur son territoire.

Parce que cette scène est au cœur de la ville et peut devenir un trait d’union entre différents quartiers en plein renouvellement : quartier de Champ-Girault Gare, quartier du Sanitas, quartier Velpeau et quartier Beaujardin.

Parce que c’est justement dans les moments de crise que les individus ont le plus besoin de culture, de symboles, de réflexion, de participation, de liens sociaux et de projets porteurs de valeurs sociales de partage.

Parce que cet espace culturel innovant et ambitieux manque dans le paysage culturel tourangeau et pourrait contribuer à l’image de marque de la ville et de la Touraine.

Parce que cette distillerie culturelle porte tout cela en elle, vous ne pouvez pas ne pas tenter de coopérer et de tout faire pour que ce projet populaire puisse éclore et perdurer dans de bonnes conditions économiques.

Parce que c’est aussi le rôle d’un Maire et celui des élus que d’être à l’écoute des citoyens responsables et d’accompagner la démocratie participative.
Ce projet d’intérêt général est une opportunité pour la Ville de Tours et les autres collectivités territoriales de s’associer à une économie culturelle innovante qui accorde une large place au partage et à la solidarité.

L’association Ohé Du Bateau 

8 commentaires

Eric Caillé 20:30:00

J'irai dimanche signer la pétition, faire des photos pour ensuite relayer par un billet. Ça te dit un café avec un vieux gauchisse ?

Matfanus 21:07:00

pourquoi pas, mais ça dépendra des drôles.

@adriengaum 21:34:00

Je ne signerai pas cette pétition pour plussoir aux mêmes motifs délicieusement ironiques de l'impétrant ci-dessous et pour une autre raison suffisante, qu'une telle démarche ne peut être portée par une camarilla affinitaire! Le montage d'une SCIC était une responsabilité pionnière auprès des collectivités tourangelles, architecturée par des acteurs de l'ESS dont l'éviction a coupé toute sève et limité toute faisabilité. En l'Etat, ce projet est une imposture rimant avec vraie-fausse démocratie issue du territoire et la rue tourangelle n'est pas dupe! J'affirme que MM. Mouget et Germain sont chloroformel sur ce dossier, et leur duo assez bien rôdé il faut avouer!

Matfanus 22:13:00

@AdrienGaum ton point de vue fait un peu règlement de comptes. Ceci dit même si le projet a été raboté par rapport au départ, je serai satisfait de voir le Bateau ré-ouvrir à l'avenir.

ladyapolline 08:52:00

En réalité, les règles européennes interdisent à la Commune de vous accorder une aide qui dépasse 200 000€ sur trois ans.En vous l'accordant, elle se place face aux prestataires de services culturels privés auxquels elle doit justifier que votre projet présente un intérêt culturel particulier.
Personnellement,je n'approuve pas que ces règles s'appliquent au domaine culturel : mais on en est là.Les solutions existent justifient des montages complexes.
Je vous suggère d'approfondir cette question avec les fonctionnaires responsables des associations, aux services juridiques de la Ville et du Département.
La dernière mouture de la règlementation des aides est là :http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2006:379:0005:0010:FR:PDF

ladyapolline 08:58:00

Je me suis trompée : le lien est celui du règlement de 2006, voici celui du Règlement d'avril 2012 qui a porté le montant à 500 000 €, mais ça ne change rien pour l'obligation de prouver l'intérêt particulier qui justifie l'aide.
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2012:114:0008:0013:FR:PDF

Matfanus 16:09:00

@LadyAppoline : La demande à la mairie concerne surtout le montant du loyer.

Quand au montage financier, les fonds publics représenteraient 20% du budget de la SCIC seulement selon les souhaits du collectif il me semble.

ladyapolline 19:03:00

Si un loyer est fixé plus bas que le prix du marché, la Commission peut estimer qu'il s'agit d'une aide communale déguisée, au travers de la société d'économie mixte.
Mais avant la Commission, vous pouvez avoir sur le dos les salles privées qui peuvent se plaindre de votre présence dans un secteur concurrentiel et des avantages qui vous sont consentis à vous, pas à elles. Il faut donc que votre demande et votre projets soient particulièrement bien formulés.

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats