Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

jeudi 19 juillet 2012

Les établissements Schmid à Tours

Jusqu'en 1985 se tenait rue du Général Renault une des plus grosses entreprises industrielles de Tours : les établissements Schmid. Installés depuis 1918 dans le quartier Giraudeau, les usines Schmid fabriquaient des récipients métalliques et s'étendaient sur six hectares.
Les anciennes usines Schmid à Tours
Elles ont employé jusqu'à 1000 employés à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. 800 ouvriers y travaillaient en 1960, ils étaient encore 450 en 1980. Cette année-là, avec la crise industrielle et face à l'inquiétude grandissante sur l'avenir de l'entreprise, le député communiste des Hauts-de-Seine, Jacques Brunhes interpella à deux reprises, à l'Assemblée Nationale, les ministres de l'industrie et du travail sur cette question : 
21 juillet 1980 . — M. Jacques Brunhes attire l'attention de M. le ministre de l'industrie sur la situation des établissements Schmid de Tours qui suscite de sérieuses inquiétudes chez les personnels de cette entreprise. En effet, répondant le 15 mai 1979, à une précédente question écrite, le ministre de l'industrie donnait, à propos de cette entreprise, l'assurance que celle-ci ne risquait aucunement de fermer, en particulier parce que la direction de la société (spécialisée dans la production de bidons métalliques, avait décidé de développer des productions nouvelles (chaudronnerie et caillebotis). Or, ces assurances s'avèrent aujourd'hui sans fondement . La direction de Schmid-Tours envisage une série de mesures visant à supprimer ces nouvelles fabrications, concentrer la production de bidons métalliques dans ses établissements de Château-sur-Epte, muter ou licencier les travailleurs de Tours. Elle envisage également de vendre le patrimoine immobilier de l'usine de Tours (sise dans le centre-ville). Si elles étaient mises en oeuvre, ces mesures seraient gravement préjudiciables aux travailleurs et à la nation. Outre les dramatiques conséquences au plan social et humain des mutations et licenciements envisagés (447 salariés sont concernés), elles porteraient un coup à la production nationale de bidons et fûts métalliques, la société Schmid étant une des principales entreprises françaises spécialisées dans ce type de fabrication. C'est pourquoi, il lui demande quelles mesures il compte prendre afin de garantir le maintien dans leur emploi à Tours des 447 salariés de la société Schmid et de favoriser le développement des productions assurées par cette entreprise. (source)
22 septembre 1980 . — M . Jacques Brunhes attire l'attention de M. le ministre du travail sur la situation des établissements Schmid de Tours qui suscite de sérieuses inquiétudes chez les personnels de cette entreprise. [...] De plus, à la rentrée de septembre de nouvelles mesures de licenciement viennent d'être prises par la direction qui prévoit quatre-vingts licenciements, dont cinq effectifs dès le 1er octobre. C'est pourquoi il lui demande quelles mesures il compte prendre afin de garantir le maintien dans leur emploi à Tours des salariés de la Société Schmid et de favoriser le développement des productions assurées par cette entreprise. (source)
 
Les usines Schmid fermeront définitivement leurs portes à Tours en 1985.
A leur place se dresse aujourd'hui le quartier d'activités mixtes Giraudeau qui regroupe des logements ainsi que des entreprises de petite et moyenne taille. La fermeture de Schmid couplée à la destruction de l'ancienne usine à gaz a conduit à une restructuration complète du quartier à partir de la fin des années 80.


Néanmoins, les établisemments Schmid n'ont pas tout à fait disparu du paysage tourangeau. Lors de leur destruction, les autorités ont eu en effet la bonne idée de garder comme trace et souvenir de ce passé, le portail et la verrière d'entrée. Le curieux qui passera sous cette verrière pourra apercevoir également une plaque commémorative aux employés de Schmid morts pendant la Seconde Guerre Mondiale.





9 commentaires

dada vidov 19:26:00

Les cuisines ? (bon je lis le billet plus tard !)

Eric Caillé 21:07:00

Super billet, Matfanus. Il est vrai, que le portail est superbe.

Valérie

C'est ma rue ! En ce qui concerne la plaque commémorative, c'est dommage qu'elle soit bien cachée (à l'intérieur plutôt que donnant sur la rue) mais quand on la trouve par hasard, ce qui a été mon cas, c'est impressionnant et émouvant.

GuillauMetayer 23:37:00

C'est vrai que c'est une excellente idée d'avoir conservé le portail !

dada vidov 07:22:00

C'est là qu'on se rend compte que la mise en place de signalétique qui raconte l'histoire d'un lieu est indispensable pour mettre en valeur le patrimoine !

@Eric

Lèche-bottes

@Guillaume

Oui, mais pas suffisant pour préserver ou mettre en valeur le patrimoine.

Matfanus 11:42:00

@Eric : Merci.

@Valérie : Oui il faut être curieux pour la voir la plaque.

@Guillaume : Oui, j'aime ce type de conservation intégré dans le nouveau.

@Dadavidov : Depuis le temps que je le dis, mais là on est en dehors de la zone touristique, donc pas sûr que la mairie a pensé à créer un panneau explicatif devant.

Anonyme

Cool. Ça m'intriguait. merci.

Anonyme

Bonjour,

Merci pour cet article. Je m'intéresse à l'histoire de cette entreprise. Pourriez vous m'indiquer d'où vous tirez ces informations s'il vous plait?
Merci!

Matfanus 09:07:00

Bonjour, envoyez moi un mail à mathieu.giua[at]gmail.com

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats