Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

vendredi 8 juin 2012

Fin de campagne

La campagne pour le premier tour des Législatives touche à sa fin. L'heure de dresser un bilan sur ce qu'on a vu et de tenter un pronostic. 

La première Circonscription : Jean-Patrick Gille loin devant ?

Sur la première circonscription, l'imbroglio à droite aura attiré tous les regards. Christophe Bouchet et Thibault Coulon auront tenté jour après jour de s'affirmer et de se poser comme la solution à droite et au centre-droit face à la candidature de Guillaume Peltier

Pour autant, ce dernier fort du soutien de l'UMP et malgré les polémiques suscitées par sa candidature et sa campagne, devrait être le candidat de la droite au second tour pour défier vraisemblablement le député PS sortant, Jean-Patrick Gille.

 La faible participation annoncée ne laisse que peu de chance à une triangulaire, mais les scores de chacun des candidats de droite sera à analyser de près en vue de la dynamique pour le second tour. Après cette campagne où les candidats de droite ne se seront rien épargnés entre eux, il sera intéressant également de regarder les discours d'après premier tour et de voir ce que feront les candidats battus. Iront-ils au bout de leur démarche en se démarquant ou au contraire feront-ils volte-face en appelant à voter pour le candidat de droite encore en lice ? 

En ce qui concerne Jean-Patrick Gille, celui-ci a mené une campagne plus discrète en laissant à la droite les feux médiatiques. Le candidat PS a défendu son bilan et s'est appuyé sur le programme présidentiel de François Hollande pour mener sa campagne.

Il ne devrait pas y avoir de mauvaise surprise pour ce dernier qui devrait aisément se qualifier pour le second tour, tant la division à droite risque d'émietter les voix de leurs électeurs. A gauche, aucun candidat ne parait en mesure d'enrayer la machine non plus. Josette Blanchet (FdG) risque de capitaliser une partie du vote "Mélenchonniste" de la Présidentielle, mais cela sera difficile pour elle d'atteindre les 12 % réalisés par le candidat du Front de Gauche en mai dernier à Tours.  En effet, alors qu'une partie des électeurs du Front de Gauche avait été séduite et attendait une politique de rupture et d'indépendance envers le PS, la candidature de Mme Blanchet, conseillère municipale au sein de la majorité socialiste depuis des années, envoie un signal contraire. Cette partie de l'électorat pourrait lors se reporter sur la candidature de Munia Ewanjé Epée pour le NPA qui devrait obtenir un peu plus que les 2 % de Philippe Poutou à la présidentielle. 

Parmi les autres candidats, Fanny Siouville du Modem et Caroline Larpent pour EELV sont un peu d'ans l'inconnu après les désillusions de la Présidentielle pour leurs partis. Le score du FN, contrairement à d'autres circonscriptions, ne devrait pas être très haut à Tours. Enfin les autres petits candidats semblent condamnés à se partager les miettes du gâteau.

La Deuxième circonscription : Le risque FN.

L'autre coin chaud qu'il faudra regarder de près dimanche est évidemment la deuxième circonscription. A l'inverse de la précédente c'est ici la gauche qui a animé le débat sur fond de division. Isabelle Gaudron, candidate dissidente du PS, s'est lancée au dernier moment contre vents et marées dans la bataille. Elle n'a cessé de brouiller les pistes auprès des électeurs de gauche en se revendiquant comme la candidate du changement et en se plaçant comme candidate de la majorité de François Hollande et ce malgré son éviction du PS. 

A ses côtés, Christophe Rossignol, candidat écologiste investi officiellement par le PS, a tenté d'affirmer vaille que vaille sa légitimité en étant présent à toutes les réunions des ténors du PS. L'étiquette PS sur son nom  pourrait s'avérer fort important au moment de compter les bulletins, tant les électeurs pour ce genre d'élections, votent avant tout pour les partis plutôt que les personnes. 
De cette division socialiste, Michel Cosnier, candidat du Front de Gauche, espère pouvoir profiter et réaliser un gros score.

A droite, on se frotte les mains, car si au deuxième tour toute la gauche devrait se rassembler, les fractures ont l'air importantes et la querelle va laisser des traces. Claude Greff risque ainsi de profiter de cette cacophonie pour se faire réélire députée. Ce serait alors une victoire quasi inespérée il y a encore quelques mois tant on l'a disait en difficultés
Le FN, encouragé par les plus de 17% de Marine Le Pen à la Présidentielle sur cette circonscription, espère lui aussi profiter de la division de la gauche et de l'éparpillement des voix socialistes pour se hisser au second tour et défier Claude Greff, ce qui serait un cataclysme pour la gauche départementale.

Ailleurs : Vers trois duels PS-UMP ?

Sur les trois autres circonscriptions, le climat de campagne aura été beaucoup plus calme. Peu de surprises sont à attendre de ce premier tour. On se dirige vers trois duels PS-UMP, d'autant plus que la campagne n'a pas passionné les foules et que le déficit en terme d'image des autres candidats ne laisse que peu de doutes sur les probables qualifiés au second tour. 

Sur la troisième circonscription, la seule interrogation est qui de Gérard Hénault (Nouveau Centre) ou de Jacques Barbier (UMP) ira défier Marisol Touraine (PS), qui forte de sa nouvelle image de ministre, peut espérer facilement l'emporter. 

Sur la quatrième circonscription, Laurent Baumel (PS) devrait affronter le député sortant Hervé Novelli (UMP) au second tour, avec des chances de l'emporter au second tour dans un duel qui s'annonce âpre et serré. 

Enfin sur la cinquième circonscription, Claude Roiron (PS) joue une de ses dernières cartes pour exister dans le paysage socialiste départemental. Pour la quatrième fois, elle compte faire tomber Philippe Briand (UMP). Leur duel annoncé au second tour, risque d'être plus serré que lors des dernières élections et sera important pour la suite de leurs carrières respectives.


6 commentaires

dada vidov 15:10:00

Oui, très chiante cette campagne après l'angoissante campagne présidentielle... Je propose une 6ème république : un régime parlementaire avec suppression du Prèz (et du sénat aussi pour faire des économie !)...

Heureusement qu'on a pu basher Peltier ;-)

Anonyme

Dommage qu'ici aussi on ne parle quasiment que des "gros" candidats

Gaël 16:34:00

@anonyme moi au moins chez moi je parle des décroissants :) et du NPA, mais Matfanus aussi

dada vidov 16:54:00

C'est vrai que parler des petits candidats qu'on n'a pas vu ni entendu, ça aurait été super intéressant !

Matfanus 18:28:00

@Anonyme : Je parle des principaux enjeux. Après je n'ai pas le temps de faire un billet complet sur tout le monde. Mais libre à chacun de le faire, comme Gaël qui vient de placer un billet sur Adrien Gaumé.

Et puis, comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, je ne suis pas organe de presse.

@Dadavidov : oui, enfin quoique certains ne m’intéressent pas (royalistes par ex)

PseudoToda 08:43:00

Ne vous inquiétez pas, les gars, je vous raconterai tout...

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats