Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

mardi 22 mai 2012

La presse à Tours, avant la NR

Comme un peu partout en France, la Nouvelle République est un journal issu de la presse clandestine de la Seconde Guerre Mondiale, devenue officielle à la Libération. Auparavant, à Tours existaient deux grands quotidiens régionaux : Tours-Soir et La Dépêche du Centre. Le premier était imprimé rue Etienne Pallu, tandis que le second appartenait aux Imprimeries Arrault et Cie situées rue de la Préfecture.
Les locaux de La Dépêche du Centre (source : AZO)
Lors de la débâcle de Juin 1940, les deux journaux cessèrent de publier. La Dépêche du Centre avait ainsi suspendu sa parution le 16 Juin. Cependant, le commandement allemand, soucieux de contrôler la presse a dès les premiers jours d'occupation ordonné la réapparition des journaux. Ainsi, La Dépêche du Centre est de nouveau publiée dès le 27 Juin 1940. Pour faire illusion sur un semblant de liberté de la presse, les allemands exigent par ailleurs que les titres gardent la même apparence qu'avant-guerre. A la tête des rédactions, sont placés des illustres collaborateurs voir collaborationnistes qui vont faire des deux grands quotidiens tourangeaux des organes de propagande au service du Reich, comme le montre le numéro de La Dépêche du Centre daté du 23 Avril 1943 visible sur ce lien.

Les deux journaux publieront jusqu'en Août 1944. Dans la nuit du 30 au 31 Août 1944, alors que les allemands quittent Tours, des résistants prennent possession des locaux de La Dépêche du Centre. Le journal (ainsi que Tours-Soir) est alors interdit sur arrêté préfectoral en application des décrets du Gouvernement provisoire.
Source : AZO
Les locaux et le matériel de La Dépêche du Centre sont alors attribués à la Nouvelle République créée quelques mois plutôt sous l'impulsion de Jean Meunier et jusque-là journal clandestin sur Tours du groupe résistant Libé-Nord. Une suite logique en quelque sorte puisque les deux premiers numéros clandestins de la NR furent discrètement imprimés sur les presses de La Dépêche du Centre par des ouvriers-résistants y travaillant. Tours-Soir est lui remplacé quelques mois plus tard par Centre-Eclair. Ce journal disparaîtra quelques années plus tard.

Mais les Imprimeries Arrault et Cie ne se sont pas contentées de collaborer via leur journal, elles ont également multiplié les activités au service du pouvoir comme l'impression des tracts officiels et des appels à la population à l'instar de celui ci dessous :
Source : ERIC
Elles seront condamnées en 1949 pour collaboration. Tous les biens appartenant encore à l'entreprise seront alors dévolus à la Société Nationale des Entreprises de Presse (SNEP).

Encore un grand merci à Azo et à Eric pour les illustrations. 

13 commentaires

Anonyme

Très intéressant.

GuillauMetayer 14:05:00

Très très intéressant ! Je l'ai le premier numéro de la NR !

Eric Caillé 17:25:00

Bon billet Matfanus ! J'ai chiné le livre : LA NR ET VOUS, UNE HISTOIRE PARTAGÉE (1944-1994). On peut y lire page 19 : "Il restera à l'honneur de J. Meunier, P. Archambault, E. Bèche, M. Mallet et P. Racault d'avoir indemnisé les anciens propriétaires, et ce, en dépit de l'absence d'obligation légale... Ce rachat s'élève à 127 millions de l'époque... Pour donner une idée précise de l'importance de cette somme, il faut se souvenir que l'exemplaire NR, en 1954, se vendait 0,15 F...

Spoliation ? Non. Indemnisation ? Oui.

Matfanus 21:17:00

@Guillaume @anonyme : merci

@Eric : Merci du complément.

Anonyme

Il semble bien qu'un cousin de mon grand'père ait travaillé comme journaliste à La Dépêche du Centre. Je découvre votre excellent article qui me fait comprendre bien des choses. Dans les jours prochains, je me permettrai de reprendre contact avec vous afin de pouvoir éclaircir certains points. Encore merci pour votre travail, JMD

Matfanus 08:43:00

Merci à vous pour ce commentaire. N'hésitez pas à me contacter, si je peux vous aider ce sera avec plaisir.

Anonyme

La direction de la depeche du centre etait en aucun cas collabo, d'ailleurs elle ne dirigeait plus rien puisque c'est les allemands qui avaient la main mise dessus.
D'ailleurs la condamnation a été levée mais trop tard évidemment puisque les nouveaux proprio occupaient les lieux et etaient deja aux commandes de la nouvelle republique....
Archambault et compagnie n ont rien créer du tout mais ont bénéficié d une grosse erreur judiciaire! Desolé mais c'est la vérité.
Mr jean bry un ancien de la depeche n'a d'ailleurs jamais pu publié son témoignage recevant des menaces de mort! Mon pere et moi avons un exemplaire et il me tarde de faire quelquechose pour honnorer la memoire de ma famille et de mon arriere grand pere Mr albert Arrault

Matfanus 16:27:00

J'ai bien mentionné dans ce billet, que les allemands avaient placé une direction à leur botte, à la place de l'ancienne.
Nul ne peut nier que les titres de ces journaux pendant l'occupation étaient orientés, comme toute la presse officielle.

Anonyme

La phrase suivante porte qd même a confusion, ," mais les imprimeries arrault et cie ne se sont pas contenter de collaborer..."...ect...je continue a dire que l on a été victime d'une grande injustice et il faut me comprendre car ma famille a perdu un quotidien dans lequel elle s etait investi énormément comme son premier directeur ernest arrault puis son fils albert arrault,.malheureusement la guerre a tout foutu en l air. On parle de la depeche en mal alors que c était un grand quotidien, et ça on en parle jamais,la nouvelle republique n avait plus qu a prendre place dans une entreprise bien rodé e et qu à changer de nom.,,!
Effectivement ce n'est qu'un billet et vous ne pouvez pas tout diremais on doit quand meme dire la vérité et surtout ne pas ommettre certaines choses importantes, comme l'intégrité et l'honneur d'un nom, Arrault.

Merci et j espere pouvoir publier un jour le "rectificatif" de Jean Bry, mais ça va demander du temps je pense...

matfanus 23:11:00

Je n'ai fait que mentionner, le nom de l'entreprise, qui a effectivement collaboré.

Anonyme

Bonjour !

Il y a aujourd’hui 74 ans - le 16 mai 1940 - mon grand-père, alors lieutenant au 66e Régiment d’infanterie, manquait de perdre la vie dans une embuscade allemande près du petit village belge de Froidchapelle. Cette aventure rocambolesque prend étrangement sa source dans la publication d’un article paru dans la presse de Tours le 9 avril 1940, un mois avant le déclenchement de la « Guerre éclair ». Cet article, qui a totalement changé de cours de sa vie puisque, sans sa publication, il serait très probablement mort dans les combats de 1940, relatait la remise de fanions brodés par les « Dames de Tours », sur l’initiative des anciens combattants de 14-18, au 66e RI reconstitué en septembre 1939.
Cet anniversaire est pour moi l’occasion de tenter de réaliser un vœu qui m’est très cher : retrouver cet article qui a eu tant de conséquences pour la vie de mon grand-père.
La distance – je réside à La Réunion – m’empêche malheureusement de mener à bien cette recherche sans aide extérieure, et j’aimerais donc trouver des relais locaux pouvant m’aider à retrouver cet article.
Si je me suis permis de m’adresser à vous, c’est que c’est grâce à cette page web « La presse à Tours avant la NR » que j’ai pu retrouver le nom des deux quotidiens dans lesquels l’article en question a dû être publié : « Tours-soir » et/ou « La dépêche du centre ». C’est un tout petit début mais c’est déjà cela…
Alors si vous vient à l’esprit le nom d’une personne pouvant me donner un coup de main et retrouver ce journal dans les archives départementales ou dans un autre fonds, n’hésitez pas à me mettre en relation avec elle. Je vous en serais très très reconnaissant !
Bien cordialement,
Franck Gobert
franck-gobert@gmx.fr

Matfanus 13:38:00

Je vais partager votre demande et vous tiens au courant, si j'arrive à obtenir quelquechose.

Anonyme

Merci !!!!

Franck

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats