Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

mercredi 11 avril 2012

Le Magasin Général de Saint Pierre des Corps : quelques généralités [partie 2]

Dossier : le Magasin Général de Saint Pierre des Corps 

 Partie [1] Billet introductif


La naissance du Magasin Général : 

Afin de rationaliser au mieux son approvisionnement en pièces nécessaires au fonctionnement ferroviaire, la Compagnie des Chemins de Fer de Paris-Orléans (P.O) décide en 1922 de regrouper ses magasins d’approvisionnement, jusque là répartis en cinq centres. Le magasin Général de Saint Pierre des Corps issu de cette réflexion est alors construit entre 1924 et 1926 par la compagnie P.O. Il absorbe les magasins de Choisy-le-roi, de Périgueux et de Paris.

Le MG dans les années 20. source : Dimitri Daveau
 A la suite de la création de la SNCF en 1937, la France est découpée en cinq grandes régions ferroviaires en reprenant les anciens réseaux privés. Le Magasin Général de Saint Pierre des Corps, devient le lieu d’approvisionnement, en compagnie de celui de Bordeaux, pour la région Sud-Ouest.

Pourquoi Saint-Pierre-des-Corps ?

Saint-Pierre-des-Corps depuis l’arrivée du train dans la commune en 1856, n’a cessé de voir le chemin de fer prendre de l’importance. La ville est devenue au fur et à mesure un nœud majeur du réseau français, si ce n'est l'un des plus importants dans la première moitié du XXe siècle. L’installation d’un camp de soldats américains lors de la Première guerre Mondiale est déjà étroitement liée à la présence des voies ferrées (voir billet sur Camp deGrasse). En 1911, le P.O installe ses ateliers de réparation sur la commune (aujourd'hui technicentre).  La décision d’y installer le Magasin Général des Matières est ainsi une continuation logique.

Plan du noeud ferroviaire de Saint Pierre dans les années 1930
A plus grande échelle, le choix du site s’explique tout aussi rationnellement.  La volonté du P.O était évidemment de lier son magasin au réseau ferroviaire. L’espace au sud des voies ferrées alors peu urbanisé fut choisi tout en prenant soin d’éloigner le Magasin Général de la proximité immédiate de la gare afin de prévenir un développement ultérieur des installations de cette dernière.

Plan de la fin des années 1920, avec le magasin général nouvellement créé.


Un magasin général, c'est quoi ?

Un magasin général assurait la liaison intermédiaire entre les fournisseurs et les utilisateurs de toutes sortes d'articles nécessaires à l'exploitation ferroviaire. Un magasin général était ainsi un entrepôt, une vaste quincaillerie qui stockait et centralisait des milliers de pièces différentes : des goupilles, des essieux de locomotive, du bois, de la peinture, des literies, des produits chimiques, des boulons... en vue de les redistribuer par la suite aux services ferroviaires demandeurs.

Magasin général ou magasins généraux ? 

Ces deux appellations sont souvent employées sans distinction pour parler de ces lieux. La NR dans un article du 19 janvier dernier nous apprend que la dénomination officielle est "magasin général des matières pour le service du matériel et de la traction"

source : Eric
Le terme "magasins généraux" est pourtant le plus employé par la vulgate populaire. Le fait que le site longe la rue des magasins généraux n’étant sûrement pas innocente face à cette erreur sémantique. Il semblerait aussi que pour le lambda, le terme "magasins généraux" se réfère à l’ensemble du site, tandis que celui "magasin général" serait lié lui uniquement au bâtiment principal.

Pour les cheminots en revanche, il ne fait aucun doute que l’appellation du site est uniquement "le magasin général" comme le mentionne Dimitri Daveau en reprenant le travail de Mikaël Le Gloahec (références en fin de billet).
Ces deux derniers évoquent également dans leurs travaux, deux autres noms pour ces lieux : La Grange Quillet qui serait la dénomination officielle toujours en vigueur et le surnom de « la prison » pour le bâtiment principal. Terme sur lequel je reviendrai dans un billet ultérieur.

Références citées :
  • DAVEAU, Dimitri. La renaissance des magasins généraux de la SNCF à Saint-Pierre-des-Corps. Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois, 2011
  • LE GLOAHEC, Mikaël. Le magasin général: du génie à l’esprit, la permanence des hommes. Université de Tours, 2009.

A suivre [Partie 3] : Le site du magasin général

5 commentaires

Eric Caillé 18:49:00

Je suis heureux. Merci à toi.

GuillauMetayer 19:18:00

Génial !

Matfanus 23:48:00

@Eric et Guillaume : Merci, mais n'en faites pas trop ;-)

elmer 14:43:00

Pour moi, ce sera "magasin cathédrale" (c'est affectif !).

Matfanus 19:38:00

@elmer : oui une cathédrale industrielle

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats