Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

Dossiers à la Une

Michelin Joué-lès-Tours

Suivi complet du plan social à l'usine Michelin de Joué-lès-Tours et des 726 suppressions de postes.

Mame : un patrimoine tourangeau

Retour sur la saga Mame à Tours...

Le Magasin Général

Dossier spécial sur le Magasin Général des matières de Saint-Pierre des Corps.

mercredi 27 avril 2011

La future tour du quartier des Deux Lions

J'en avais parlé il y a quelques mois et c'est revenu sur le devant de la scène ces derniers temps avec l'enquête publique du PLU (plan local d'urbanisme), la ville de Tours envisage de construire plusieurs bâtiments de grande hauteur. Alors que celle à proximité de la gare a attiré tous les regards et les critiques, le projet de tour aux Deux Lions continue d'avancer tranquillement. Ainsi, il y a une quinzaine de jours, le concours d'architecture a été remporté par Jacques Ferrier.

Voici donc ce que l'on pourra voir dans les prochaines années à l'entrée des Deux Lions : 

mercredi 13 avril 2011

La cathédrale Saint-Gatien vue du quartier Blanqui

La Gatienne vue du quartier Blanqui. Ce quartier réputé par le charme des maisons à colombages qui y sont légions notamment dans la rue éponyme a gardé un côté village à l'écart du reste de la ville. Entre deux pans de ces maisons anciennes, la Gatienne s'invite dans ce paysage agréable et pittoresque.

Les précédents articles de la série : La cathédrale Saint-Gatien vue de... 

dimanche 10 avril 2011

Bords de Loire printaniers


Message de service : M'absentant pendant une semaine, je ferme à partir de ce soir, les commentaires sur le blog jusqu'à mon retour. 

 En attendant, je vous laisse avec ces quelques photos des bords de Loire à Tours et à La Riche prises en ce dimanche printanier.

 
 
 

PS : un billet est néanmoins programmé pour mercredi prochain.

samedi 9 avril 2011

Procès des 4 de Tours : verdict le 26 Mai

Cette semaine s'est tenu le procès des 4 de Tours. Après 3 reports, les quatre militants poursuivis par Brice Hortefeux ont enfin vu leur procès se dérouler. La première étape est passée, ils ont pu démontrer le côté politique de ce procès. Deuxième étape avec le verdict le 26 Mai prochain.

Ci-dessous un extrait du communiqué du collectif de soutien :


UN PROCES POLITIQUE QUI, ENFIN,  A DIT SON NOM !
 
 Et qui a été digne de ce nom : voilà ce à quoi nous avons assisté, ce mardi 5 avril 2011 à Tours.

Depuis le début, il était évident que sous couvert de diffamation, le ministère de l'Intérieur, et à sa suite, le Procureur ne cherchaient qu'à  interdire aux militants d'exercer leur solidarité à l'égard des sans-papiers, de pratiquer leur devoir d'alerte de l'opinion et leur libre expression qui consiste, entre autres, à établir des comparaisons historiques, fût-ce avec les périodes les plus noires de notre histoire.  
 Cette tentative pour masquer tout cela sous les apparences du délit de droit commun a volé en éclats ce 5 avril, sous l'effort conjugué des multiples témoignages qui, les uns après les autres dans leur diversité, leur richesse et leur complémentarité ont tissé, heure après heure, une longue chaine d'évidences : qu'ils émanent d'historien, de juriste, de linguiste, de psychanalyste, d'enseignant, d'étudiant, d'anthropologue, de militant, de "témoin de l'Histoire", tous les témoignages concourent à dire l'insupportable, l'inacceptable, en un mot l'infamie du présent :  l'infamie de la chasse à l'enfant, l'infamie de la chasse à l'étranger qui se déroule actuellement sous nos yeux et qui fait écho, -pourquoi le nier- , à d'autres chasses à l'homme si vivaces encore dans nos mémoires...

La suite sur : baleiniers.org

LibéOrléans : des lecteurs chez Demorand

Dessin de soutien de Placide

La résistance s'organise de plus en plus dans le comité de soutien à LibéOrléans. Après la réunion de la semaine dernière, quelques membres du comité sont montés au siège de Libération pour rencontrer Nicolas Demorand et Nathalie Collin respectivement directeur et coprésidente du directoire de Libération. Une rencontre très difficile à obtenir mais que nos pugnaces compères auront finalement obtenu grâce à leur persévérance et leur audace (allez lire chez Circé ça vaut le détour et ça montre bien l'intérêt porté par la direction de Libé aux Libévilles et à leurs soutiens).


Dessin de soutien de Pierre Ballouhay
Le comité de soutien ne s'arrête pas là, et comme le rappelle Circé, suite à ce qui a été décidé à la réunion de samedi dernier, vont être mis en place plusieurs actions :

- Recherche d'investisseurs potentiels locaux par le biais d'encarts publicitaires, afin de pérenniser LibéO.

- Souscription pour une aide "temporaire" à LibéO, afin de mettre en place justement des solutions pérennes. Le mot temporaire est important puisque la société des lecteurs de Libération a ainsi "perfusé" les libévilles durant plus d'une année en 2009, sans que Libération ne respecte ses engagements à faire vivre ceux-ci en trouvant de véritables solutions.

- Adhésion à la Société des Lecteurs de Libération, puisque c'est bien entendu par son biais que nous organiserons une souscription. L'adhésion peut se faire en ligne ou bien en téléchargeant cet imprimé et en le renvoyant à l'adresse indiquée avec le montant de votre cotisation.

- Vidéos à mettre en ligne chaque jour ( en cours de réalisation !)

- Interpeller chacun à notre niveau et selon nos connaissances ou idées : presse, médias, personnalités afin d'informer et de leur demander leur soutien.

- Campagne de désabonnement, que je juge pour ma part tout à fait judicieuse au regard de cet article de "Challenges".

NB : Billet allègrement pompé chez Circé, mais c'est pour la bonne cause. Source des dessins : Polyborus 

Pour rappel : Cette fermeture constitue non seulement une perte grave pour le pluralisme de la presse orléanaise mais aussi pour celle de toute la région. Pour cette raison, nous sommes plusieurs blogueurs tourangeaux à afficher notre soutien à LibéOrléans comme Le Web Tourangeau, Dadavidov et  Gaël. N'hésitez pas à montrer vous aussi votre soutien à LibéO en relayant les infos ou en participant aux actions.

vendredi 8 avril 2011

La Riche et Saint-Pierre des Corps : des paroisses aux communes

l'église Notre-Dame la Riche à Tours.
Les communes de La Riche et de Saint-Pierre des Corps, respectivement à l'ouest et à l'est de la ville de Tours ont une particularité commune qui remonte à leur naissance. Elles sont toutes les deux issues de paroisses situées dans Tours. Jusqu'à la Révolution, les deux communes que nous connaissons actuellement n'existaient pas en tant que telles, mais formaient les parties extra-muros des paroisses Notre-Dame la Riche et Saint-Pierre des Corps. Ces paroisses étaient centrées sur les églises Notre-Dame la Riche (Quartier Courteline) et Saint-Pierre des Corps (Quartier Blanqui). L'entité communale est une création révolutionnaire et n'avait pas de semblable dans le mille-feuille administratif de l'Ancien Régime, la paroisse constituant alors l'échelon le plus fin.
L'église Saint-Pierre-des Corps Crédit : Julien Lavergne
Les faubourgs de Notre-Dame la Riche et de Saint-Pierre des Corps se sont développés au fil des siècles adossés à ces paroisses, mais lors de la création des communes, ils se sont érigés indépendamment du reste de leur paroisse. Ainsi naquirent les deux communes que l'on connait actuellement. 

Oui mais Pourquoi La Riche et Saint-Pierre-des-Corps ?

Notre-Dame la Riche côté Ouest
L'origine toponymique de La Riche provient du nom de l'église Notre-Dame la Riche. Au Xe siècle est apparue une église appelée Notre-Dame la Pauvre qui prenait en charge la sépulture des pauvres. Cette église fut construite à l'emplacement du tombeau de saint Gatien.
L'édifice est reconstruit à plusieurs reprises et change de vocable fin XIIe siècle ou début XIIIe siècle en devenant Notre-Dame la Riche (l'appellation est attestée en 1202). Ce nom vient de la nouvelle richesse de la paroisse grâce à l'afflux des pèlerins venus prier Notre-Dame et Saint-Gatien. Quand en 1787, la partie extra-muros de la paroisse s'érige en communauté rurale, elle prend alors le nom de Varenne de La Riche. Puis en 1790 avec la création des communes, elle devient La Riche-Extra, nom officiel jusqu'en 1873, puis prit simplement le vocable de La Riche

l'église Saint-Pierre-Ville aujourd'hui
Pour Saint-Pierre des Corps, un oratoire en l'honneur de Saint-Pierre est attesté dès les premiers temps du christianisme en Touraine mais il faut attendre le IXe siècle pour voir la naissance de la paroisse et de l'église qui est placée sous le patronage de ce saint. Tours possédant alors quatre paroisses différentes ayant le même patronage, on les agrémente de noms différenciateurs (Saint-Pierre-du-Chardonnet, Saint-Pierre-du-Boile, Saint-Pierre-le-Puellier et donc Saint-Pierre des Corps). Pour Saint-Pierre des Corps, on a longtemps pensé que le nom provenait du fait que de nombreux normands sont morts à cet endroit lors de leur raid en 903 sur Tours. Cette hypothèse est aujourd'hui abandonnée et nous faisons remonter l'origine du nom par le fait que la paroisse est située à l'emplacement d'un cimetière romain au temps de Caesarodunum (nom de Tours sous l'Empire Romain). Comme pour La Riche, la Révolution de 1789 va séparer la paroisse en deux et la partie extra-muros devint une commune indépendante. En 1792, la commune change de nom pour devenir La Clarté Républicaine. Elle reprendra celui de Saint-Pierre des Corps en 1804 pour ne plus en changer. A l'inverse, afin d'éviter toute confusion avec la commune voisine, l'église et la paroisse vont changer de nom à la fin du XIXe siècle pour devenir Saint-Pierre-Ville.  

jeudi 7 avril 2011

Retombées radioactives en Touraine

La catastrophe nucléaire au Japon a remis sur le devant de la scène le débat sur le nucléaire en France. La Touraine n'échappe pas à celui-ci, d'autant plus avec la centrale de Chinon-Avoine sur son territoire. Les tourangeaux prennent ainsi position et une poussée anti-nucléaire semble apparaitre depuis un mois. 

Quartier Blanqui certains militants ont décidé d'afficher clairement leurs positions en multipliant sur la chaussée ces petites écritures au sol : FUKUSHIMA MON AMOUR.

mardi 5 avril 2011

La cathédrale Saint-Gatien vue de la rue des Halles

Dans la rue des Halles en direction de la rue de la Scellerie, s'offre au badaud une vue sur deux monuments emblématiques de la ville. Au premier rang, l'oeil se fixe sur le Grand Théâtre, ce monument en manque d'espace, enserré dans l'étroite rue des antiquaires. Puis le regard se dirige vers la Gatienne qui vient coiffer l'édifice culturel du XIXe siècle et s'imposer à lui par son élégante tour.

Les précédents articles de la série : La cathédrale Saint-Gatien vue de... 

lundi 4 avril 2011

L'arène tourangelle, un univers impitoyable

Derrière son côté calme et nonchalant, la Touraine semble être une terre de tous les remous sur le plan politique. Un univers où tous les coups sont permis et où il faut se méfier de tout le monde... à commencer par ses camarades de parti. 

En 2008,  Renaud Donnedieu de Vabres l'avait appris à ses dépends comme l'avait admirablement analysé Christophe Colinet dans son livre "Un taureau dans l'arène"  (disponible gratuitement en pdf en cliquant sur le lien). Christophe Colinet nous livrait dans ce livre la descente aux enfers de l'ancien ministre lors des élections municipales à Tours. Il avait tiré une analyse pertinente pour montrer comment RDDV s'était englué dans les méandres politiciennes ligériennes. Des méandres invisibles à l'oeil nu, mais redoutables quand on s'y engouffre.

Trois ans plus tard, ce sont cette fois les socialistes qui jouent une pièce semblable. Une semaine après la fin des Cantonales, les langues commencent à se délier sur le net. Dadavidov a trouvé hier une critique de ces cantonales socialistes par Réné Lorient. Celui-ci, proche de la mouvance Roiron, livre une analyse personnelle sur les dessous de ces élections pour montrer comment selon lui, Jean Germain a decidé de faire tomber Claude Roiron. Ces trois articles détaillés (voir ci-dessous) risquent de faire grincer des dents chez les socialistes. Cela a d'ailleurs déjà commencé avec les réactions d'Yvette Ferrand (haut membre du PS local). La joute verbale à laquelle elle se livre avec René Lorient est forte intéressante et nous montre que malgré ce que peut dire Jean Patrick Gille, les divisions sont loin d'être finies. 

Quand à Claude Roiron, à l'instar de RDDV elle s'est prise les pieds dans l'arène tourangelle, une arène décidément impitoyable.

René Lorient : A Tours, le maire PS décide de changer sa présidente du conseil général.
  1. Les péripéties d’un mandat
  2. Scènes de la vie électorale
  3.  Le déboulonnage. Quel PS en Touraine ?  

samedi 2 avril 2011

Le soutien à LibéOrléans prend forme

image originale : Tu mourras moins bête
Ce matin, nous étions deux tourangeaux, Dadavidov et moi-même, à partir à la rencontre des lecteurs de LibéOrléans érigés en comité de soutien contre la fermeture de l'antenne régionale du quotidien Libération.

A l'appel de ce comité piloté par Circé et de la Société des lecteurs de Libération (SLL), une réunion était organisée pour discuter de cette fermeture et organiser des actions de soutien pour faire entendre la voix  des lecteurs scandalisés par cette décision. Pour ces derniers, ce média est indispensable au pluralisme de la presse dans la région Centre et encore plus à Orléans où sa liberté de ton l'érige en véritable contre-pouvoir face à la bienveillance de la presse quotidienne régionale. LibéOrléans c'est en effet une patte, celle de Mourad Guichard, sympathique journaliste qui a su faire de son média une tribune indispensable à Orléans mais aussi à la région Centre puisque loin de se contenter des portes de l'agglo orléanaise, ce dernier n'hésite pas à traiter des sujets de toute la région. Une patte grâce à laquelle LibéOrléans a réussi à se trouver un lectorat fidèle comme en témoigne la quarantaine de personnes d'horizons divers présente ce matin à cette réunion. 

Une réunion très intéressante dans laquelle j'ai appris personnellement beaucoup de choses, notamment les ambiguités de la direction de Libération. En effet, celle ci justifie les fermetures des Libévilles (LibéOrléans, LibéRennes, LibéLille et LibéStrasbourg) par un argument économique : celui du coût trop élevé par rapport à l'audience enregistrée. Pour autant, jamais la direction n'a fait quelque chose pour pérenniser ses Libévilles. Ceux-ci n'ont par exemple jamais été mis en avant sur le quotidien papier ou sur le site de Libération. Un argument qui est de plus discutable dans la mesure où un Libéville ne coûte à la direction que 24000 euros par an. On sacrifie ainsi l'éthique et avec elle le pluralisme et la liberté de l'info, au profit des quelques milliers d'euros qui iront dans les poches actionnariales, JP Sartre peut se retourner dans sa tombe, son journal est tombé bien-bas.

Bref, quand on s'appelle Libé, on a un passé à respecter, celui-ci est aujourd'hui bafoué, tout comme son lectorat. En 2008 ce dernier avait fait plier la direction qui avait annulé la fermeture prévue. Aujourd'hui il est temps de montrer à celle-ci que nous ne sommes toujours pas enclins à l'accepter. Des actions vont venir sur le net d'ici peu, Circé nous informera dès qu'elles seront mises en place. En attendant, je vous ré-invite à signer la pétition mise en ligne :

Photobucket

vendredi 1 avril 2011

Editours #2 Printemps ligérien

L'hiver, Tours fait son hibernation, les rues sont vides, les dimanches gris et tristes, les terrasses de la place Plum' désespérants vides et les bords de Loire nonchalants... Mais aujourd'hui, le printemps est là et avec lui les beaux jours arrivent. Dès les premiers rayons de soleil, Tours se métamorphose et fait sa mue. Les bords de Loire deviennent chaleureux au rythme des jeunes venus flâner entre copains sur les vertes pelouses, des couples qui se promènent avec leurs marmots. Le soir venu, la place Plum' retrouve son charme, celui qu'on lui préfère avec ses terrasses bondées de personnes venant de milieux divers et variés, où tout le monde a sa place sans distinction sociale. 

La douceur ligérienne n'est pas qu'un mythe, ici dans notre contrée on aime flâner, prendre notre temps. Pas d'esclandres ni précipitations, tout ce qui s'y passe se fait dans le calme et la quiétude. La ville vit au rythme du fleuve royal, tranquillement et sereinement et peu d'évènements viennent bousculer cette tradition. Pourtant à l'image de la Loire, parfois sans s'y attendre, tout s'accélère. Comme le fleuve qui s'agite sans prévenir, des remous viennent perturber cette tranquillité. Bien sur, ces derniers sont à l'image de la région, somme toute relatifs, mais par ici ils font figures d'ouragans. Et ces derniers temps, ils se sont multipliés, faisant trembler le microcosme local. Il y a eu tout d'abord la Femme-Loire, puis le Congrès du FN, les cantonales et prochainement le PLU et sa tour de 58 mètres près de la gare qui devrait créer une nouvelle agitation. Mais pour autant que ces sujets puissent créer des polémiques, aussitôt clos qu'ils semblent oubliés, rangés dans les cartons, à peine se rappelle-t-on qu'ils ont bouleversé un instant le cours des choses.

Les bords de Loire fleurent bon la tranquillité, le Vieux Tours la quiétude,  par ici la vie est calme et agréable. Le printemps ligérien est relaxant comme un tableau que l'on contemple.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats