Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

Dossiers à la Une

Michelin Joué-lès-Tours

Suivi complet du plan social à l'usine Michelin de Joué-lès-Tours et des 726 suppressions de postes.

Mame : un patrimoine tourangeau

Retour sur la saga Mame à Tours...

Le Magasin Général

Dossier spécial sur le Magasin Général des matières de Saint-Pierre des Corps.

lundi 28 février 2011

Cartes postales : l'effondrement du pont Wilson

Dans sa quête aux cartes postales, Julien (qui est décidément partout en ce moment) a déniché les deux cartes postales suivantes qu'il a tenu à partager sur ce blog. Celles-ci concernent l'effondrement du pont Wilson le 09 avril 1978, évènement majeur qui a fortement marqué Tours et les tourangeaux.


En effet, cet incident marqua le paysage de la ville en créant un vide physique et symbolique et entraina de nombreuses difficultés pour les tourangeaux : approvisionnement en eau (les canalisations passant par le tapis du pont), circulation ...


Sur la reconstruction du pont, face au traumatisme de l'effondrement, le maire Jean Royer décida de demander l'avis des tourangeaux. Quatre choix furent ainsi proposés lors d'une consultation :
  1. Une reconstruction totale à l'identique du pont
  2. Consolidation de la partie préservée, et reconstruction à l'identique de la partie effondrée
  3. Construction d'un pont en béton
  4. Construction d'un pont métallique
La consultation montra le fort attachement des tourangeaux à leur patrimoine. Sur les 6 322 votants, 52,4 % votèrent pour la deuxième proposition. Le pont de pierre allait renaître sous son plus bel aspect.

L'inauguration eut lieu le 18 septembre 1982 en présence du ministre des Transports (l'Etat ayant financé intégralement les travaux). Pour l'anecdote, la plaque commémorative apposée du côté de la place Choiseul ce jour là, fut descellée et dérobée dès le lendemain. Elle ne fut jamais retrouvée.

30 ans après, on put se rendre compte de l'impact de cet évènement dans l'imaginaire tourangeau grâce à l''exposition organisée par les archives municipales qui a connu un franc succès.

vendredi 25 février 2011

Tours in my pocket : l'application consacrée à Tours et la Touraine

Vous l'avez peut-être déjà lu chez Dan, Gaël ou Julien mais sachez que depuis mardi dernier est disponible sur l'Apple Store " Tours in my pocket ", la première application pour iPhone ou iPod Touch consacrée à l'actualité tourangelle.

Cette application mise au point par Julien Lavergne est téléchargeable gratuitement en cliquant sur l'image ci-dessous :

Avec cette application, vous pouvez ainsi retrouver l'actualité de Tours et de la Touraine en brèves, en direct et en vidéo, grâce à un menu décomposé en :

Comme vous le voyez, ce blog a ainsi l'honneur d'être sélectionné dans l'application, ce qui vous fait une deuxième bonne raison de la télécharger ;-)

lundi 21 février 2011

La Femme-Loire ira ailleurs

Après une polémique relayée par les médias locaux, nationaux ou internationaux (le Washington Post a traité du sujet dans un article), Michel Audiard fait marche arrière et n'installera pas sa Femme-Loire en surplomb de l'abbaye de Marmoutier.
L'annonce a été officialisé cet après-midi, par la mairie qui a affirmé avoir trouvé un accord avec le sculpteur pour déplacer la statue sur un site assez proche à quelques centaines de mètres plus au nord vraisemblablement.   

Après des mois de querelles, l'histoire semble donc close et les opposants obtiennent gain de cause. Tout ça pour ça j'ai envie de dire...

La cathédrale Saint-Gatien vue sur carte postale

En train de numériser de nombreuses cartes postales anciennes de Tours et de Touraine, Julien en a profité pour me partager celle-ci sur la cathédrale Saint-Gatien. Un gros plan du dôme et de la lanterne de la tour nord, pris du haut de la tour sud. Une vue surprenante qui nous permet d'apprécier les splendides détails de cette tour nord.


Il y a quelques années, l'escalier de la tour sud était encore accessible au public qui pouvait alors profiter d'une vue unique sur la ville de Tours et sur le haut du bâtiment religieux. Il ne l'est malheureusement plus pour des raisons de sécurité. Heureusement, des vieux clichés existent pour se faire une idée.

J'en profite également pour remercier ceux qui m'ont envoyé leurs clichés : Dadavidov, Claude37, The Grinch, Dan, Cyrille et Julien
Si jamais vous avez des photos de la Gatienne et que vous souhaitez, vous aussi, les partager sur ce blog, n'hésitez pas à me les envoyer, je me ferai un plaisir de les publier.

Les précédents articles de la série La cathédrale Saint-Gatien vue de... :
 

dimanche 20 février 2011

Vestige idéologique

Le long de l'autoroute A10, à l'angle de la rue des Ateliers et de l'avenue Pompidou, du côté de Saint-Pierre des Corps, on peut apercevoir ce slogan militant : Fascisme = UDRoyer. Un tag au goût historique, puisque celui-ci a été vraisemblablement écrit entre 1970 (date de la mise en service de l'Autoroute) et 1976 (date à laquelle le parti gaulliste l'UDR devient le RPR).  


Quelques mots qui permettent de replonger dans la tumultueuse époque Royer. Nous sommes ici dans la banlieue rouge tourangelle et les corpopétrussiens n'ont pas digéré la décision du maire conservateur de Tours d'ériger entre les deux villes l'autoroute A10. Une décision contestée qui coupa Tours de sa voisine, créant une frontière autant physique que symbolique et qui pose toujours de nombreux problèmes à l'agglomération. 

Ce slogan nous rappelle que si Jean Royer a régné pendant 36 ans sur la ville de Tours, il ne fit rarement l'unanimité autour de ses projets et ses décisions levèrent souvent des boucliers, créant contestations et rancœurs, d'autant plus du côté de Saint-Pierre des Corps, ville dirigée par le parti Communiste depuis 1920. Des oppositions que cet homme de poigne ne se souciait guère par ailleurs. 

vendredi 18 février 2011

La future tour de l'ilot Vinci

L'architecte Alain Gourdon réalise dans le cadre de l'arrivée du tramway à Tours, des études sur la reconstruction de l'ilot Vinci à côté de la gare. Nous le savons, la municipalité entend profiter des travaux du tramway pour dynamiser le quartier gare en y intégrant notamment des bâtiments modernes capables d'attirer des entreprises. Dans ce cadre, elle envisage l'édification d'une tour de 70 mètres de hauteur. Alain Gourdon, chargé de réfléchir à ce projet nous livre sur son site une nouvelle image de synthèse de ce qu'il envisage : 

Source : Alain Gourdon
la première image du projet d'avril 2010

A la vue de ces projections, j'ai le sentiment que la réalisation de ce building de verre va lever de nombreux boucliers de la part des riverains, associations and co... pas vous ?

mercredi 16 février 2011

La cathédrale Saint-Gatien vue du jardin des Beaux-Arts

Une photo de la Gatienne vue du jardin du musée des Beaux-Arts lors d'une journée ensoleillée estivale. Au premier plan, le cèdre du Liban, autre édifice remarquable, déploie ses imposantes branches pour venir caresser dans l'objectif les élégantes tours du bâtiment religieux.

 
Les articles de la série La cathédrale Saint-Gatien vue de... :
 

lundi 14 février 2011

Etude chrono-chorématique sur Tours

Le géographe Roger Brunet, célèbre pour avoir créer les chorèmes, vient de réaliser une étude à la fois chronologique et chorématique sur l'agglomération tourangelle. Dans celle-ci il analyse l'évolution de Tours de ses origines jusqu'à aujourd'hui en se servant de son outil préféré. 

Les chorèmes sont un concept géographique qui permettent, à partir d'une table de 28 signes élémentaires, de schématiser et de modéliser un espace choisi grâce à des formes géométriques simples. Roget Brunet, aujourd'hui installé à Tours a donc produit une analyse sur sa ville d'adoption que reprend la revue M@ppeMonde sur son site :

Une analyse simple et compréhensible, à lire absolument si vous vous intéressez à l'évolution de l'agglomération tourangelle.

Ps : Merci à Gaël pour la trouvaille

vendredi 11 février 2011

Loire hivernale et sauvage

Difficile de croire au premier coup d'œil que nous sommes ici en plein cœur de Tours. Pourtant juste en aval du pont Napoléon, la Loire revêt son plus beau côté sauvage, ce qui rend d'autant plus agréable les promenades hivernales ensoleillées.

lundi 7 février 2011

Des logements toujours murés

En Juin 2008, le DAL (Droit Au Logement) avait réquisitionné les logements (photo ci-contre) situés aux 28 et 30 Place de la Victoire à Tours, soit en plein centre ville. Ceux-ci étaient vides depuis plusieurs années bien qu'appartenant à la société HLM La Tourangelle, dépendante de l'OPAC d'Indre et Loire. Une occupation qui avait duré un mois et demi jusqu'à l'expulsion des lieux le 22 Juillet 2008. Afin d'éviter une nouvelle occupation, les fenêtres et les entrées avaient été immédiatement murées.

Nous sommes maintenant en Février 2011 et comme le montre la photo, les logements sont toujours, non seulement vides mais également murés. Triste constat, sachant que le président de la société La Tourangelle n'est autre que le maire socialiste de Tours Jean Germain. Alors certes, la ville de Tours est une des villes les plus respectueuses de la loi SRU avec plus de 30% de logements sociaux dans son périmètre (la loi en impose 20 %), mais il n'en est pas moins inadmissible de voir ce genre de logements sociaux vides et condamnés depuis plusieurs années. D'autant plus inadmissible que la question du logement reste une grande préoccupation  pour beaucoup de ménages et que l'attente pour obtenir un logement social est parfois longue de plusieurs mois.

Pour rappeler cette occupation, les membres du DAL ont posé une plaque en l'honneur de l'ancien président de l'association décédé depuis. 


Si vous souhaitez vous remémorer les épisodes de cette occupation, le hors-série de l'époque du Canard du Coin est toujours visible ici : Le Canard du Coin : Hors-Série n°1, Septembre 2008

dimanche 6 février 2011

Impudique gargouille

Dan grâce à son billet sur les gargouilles de la cathédrale Saint-Gatien, m'offre la possibilité d'évoquer celles de l'église Notre Dame La Riche à Tours. 

Plusieurs d'entre elles ont la particularité comme celle ci-dessous d'être dotées d'attributs pour le moins imposants. Ce qui fait beaucoup rire, d'ailleurs, les enfants qui la tête en l'air remarquent ce détail architectural.


mardi 1 février 2011

Le château oublié de Plessis-Lès-Tours

[MAJ d'un article de 2008] Le château de Plessis-Lès-Tours, situé sur la commune de La Riche, à l'ouest de Tours, est inséparable de Louis XI, roi de France de 1461 à 1483 qui en fit sa résidence principale et ainsi fit de Tours, la capitale du royaume de France.

C'est en 1468, que le roi Louis XI, désirant s'installer en Touraine où il a passé une partie de son enfance, achète le manoir de Montils-Lès-Tours où son père, le roi Charles VII, séjourna à quelques reprises. Il y fait construire une nouvelle demeure qui prend le nom de "Plessis-Lès-Tours" vers 1473 lorsque le château devient sa résidence habituelle et préférée. Louis XI y résidera jusqu'à sa mort en 1483 faisant ainsi de la Touraine le centre du royaume. Par la suite, le château reste dans le giron royal, Charles VIII y fait de fréquents séjours, tout comme Louis XII qui y réunit en 1506 les États Généraux du royaume. Le château est également  le théâtre en 1589 de la rencontre entre le roi de France Henri III et Henri de Navarre, futur Henri IV. Cette rencontre conduisit à leur entente pour lutter contre les ligueurs qui mettaient à mal l'unité du Royaume. Mais sous les Bourbons, avec l'installation définitive de la cour à Paris, le Château du Plessis-Lès-Tours tombe peu à peu dans l'oubli. Il devient même un dépôt pour mendiants à la veille de la Révolution. Pendant celle-ci le château est presque entièrement détruit.



Ce château tout comme son roi Louis XI, est aujourd'hui un méconnu de l'Histoire de France. De la demeure construite par Louis XI il ne reste qu'un corps de bâtiment correspondant à la partie sud de l'ancien logis royal qui était en briques et en pierres. Il ne reste donc plus grand chose d'intéressant à voir au niveau architecture de l'ancien château royal. Celui-ci souffre ainsi de la comparaison avec ses illustres voisins issus de la Renaissance qui font la réputation du Val de Loire. 


 Le Plessis n'est jamais devenu, malgré son rôle dans l'Histoire de France, un lieu touristique important. Il retrouve tout de même un peu de vie depuis 1998, date à laquelle s'y est instalée la Compagnie Cano-Lopez, compagnie de théâtre qui en fit le Plessis-Théâtre. Ce site est aujourd'hui entièrement dédié à la découverte du théâtre et l’ensemble de la propriété reste accessible lors des représentations de la troupe théâtrale ou lors d'évènements particuliers comme les journées du Patrimoine.


A noter qu'une maquette est visible dans le château au bar du théâtre. Cette maquette simple et sans grande qualité, permet malgré tout de se rendre un peu mieux compte à quoi ressemblait le château à l'époque de Louis XI.



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats