Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

jeudi 1 décembre 2011

Mame un patrimoine tourangeau [Partie 2]


Dossier : Mame un patrimoine tourangeau : 

Partie 1 : billet introductif 

Partie 2 La naissance d’un empire industriel au XIXe siècle : 

Portrait d'Alfred Mame
L’histoire de Mame à Tours débute en 1796 ,lorsque Amand Mame, fils d’un imprimeur d’Angers, s’y installe pour y fonder sa propre imprimerie. Celle-ci sous la direction de son fils Alfred va connaitre un essor remarquable. Alfred Mame devient l’associé de son père en 1833 en compagnie de son cousin Ernest Mame. En 1845, Alfred prend seul la tête de l’entreprise, ce qui va marquer le début de l’âge d’or de l’imprimerie familiale. En effet, doué d’un sens aigu de l'entrepreneuriat, Alfred va s’atteler à maitriser toutes les étapes de la conception d’un livre et à user du progrès technique en investissant dans les machines à vapeur, faisant entrer son entreprise dans l’âge industriel.  En partie propriétaire de la grande papeterie de la Haye-Descartes, il contrôle ainsi les étapes de création de livres dès la fabrication du papier.

Le deuxième axe qui contribue à la réussite de Mame va être la double spécialisation de sa partie édition vouée aux beaux livres ; avec d’un côté l’édition de livres religieux, domaine dans lequel Mame aura un quasi-monopole sur les éditions liturgiques françaises et de l’autre celle des ouvrages éducatifs de jeunesse, notamment pour l’enseignement catholique. Mame va se faire un nom également en sortant plusieurs livres références comme en 1855, « La Touraine : histoire et monuments », présentée à l’exposition universelle de Paris.  Dans le domaine religieux,  le best-seller de la maison Mame est la Bible illustrée de Gustave Doré en 1866.

Usine Mame au XIXe siècle






Cette réussite, l’entreprise la doit donc à Alfred Mame et son regard visionnaire. Pour réaliser ses ambitions, il fait construire une usine en plein cœur de Tours (entre la rue Néricault Destouches et la rue des Halles). Installés sur deux hectares, les bâtiments de l’entreprise se retrouvent être vastes, aérés et lumineux, pouvant regrouper en un lieu tous les ateliers nécessaires à la production. En rachetant les bâtiments contigus, Mame continua d’agrandir son usine au fur et à mesure de la croissance de son entreprise. L’usine sera tellement imposante qu’elle accueillit jusqu’à 1500 ouvriers dans les années 1860. Avec un tel chiffre, Mame était dans la dernière partie du XIXe siècle le premier employeur de la ville (source). Cette vision ambitieuse permit à Mame d’être la première imprimerie de France à cette époque en terme de volumes publiés. En 1867, 6 millions d'ouvrages sortirent des imprimeries Mame : «un chiffre auquel n'atteignaient point, il n'y a pas encore si longtemps, les presses réunies du monde entier…» (source)

Intérieur des ateliers
Intérieur des ateliers
 








Entrée de l'usine
L’architecture des bâtiments, de style classique est volontairement imposante. L’entrée principale située rue Nericault Destouches,  avec son fronton sculpté, est destinée à montrer la puissance et le prestige de l’entreprise. Cet ensemble qui nous est connu par des gravures et photos a malheureusement était détruit lors des bombardements de Juin 1940.

 Sources des images : Atelier d'Histoire de Tours

A suivre : Partie 3 : Un modèle d'organisation sociale ?

0 commentaires

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats