Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Flickr

Abonnés

De mes p'tites mains

De mes p'tites mains
Blog création à découvrir

Ils en parlent

Dossiers à la Une

Michelin Joué-lès-Tours

Suivi complet du plan social à l'usine Michelin de Joué-lès-Tours et des 726 suppressions de postes.

Mame : un patrimoine tourangeau

Retour sur la saga Mame à Tours...

Le Magasin Général

Dossier spécial sur le Magasin Général des matières de Saint-Pierre des Corps.

samedi 30 octobre 2010

Tramway de Tours : les opposants sont sur le front

Les opposants au projet municipal de tramway à Tours sont sur le front ces dernières semaines. Un peu pressés par le calendrier qui veut que le préfet devrait le mois prochain valider ou non la Déclaration d'utilité publique (DUP) du projet, les opposants au projet multiplient ainsi les actions pour faire entendre leur voix.

Très actifs notamment sur internet via le site d'Alain Beyrand, de la page du TCSP37, ou par le biais de commentaires chez Arnoul, leurs interventions se multiplient. Mais loin de se contenter d'une contestation virtuelle, ils s'activent également sur le terrain et réunis en collectif ont adressé au préfet d'Indre et Loire la semaine dernière un dossier dans lequel ils militent pour une révision complète du projet en faveur d'un Tram-Train et dans lequel ils invitent le Préfet à ne pas approuver la DUP.

Tract mensonger ?
Afin de faire connaitre leur action auprès des tourangeaux, et rallier l'opinion publique à leur cause, quelques tracts ont investi l'espace public également comme en témoigne cet autocollant photographié place Velpeau. Un tract simple et clair dans lequel la contestation est axée contre les travaux de déviation des réseaux préalables à ceux du tramway. Une communication efficace qui consiste à se faire entendre et à occuper une place centrale dans le débat public. On peut cependant regretter le côté mensonger de ce tract. En effet, dans celui-ci, on essaye de faire croire aux tourangeaux que les travaux de déviation des réseaux sont illégaux, ce qui est faux puisque ceux-ci ne sont pas liés à la DUP et peuvent s'opérer sans attendre la décision préfectorale. Ainsi à défaut d'être moraux, ces travaux restent complètement légaux. Venant de personnes qui accusent CitéTram et la municipalité de mentir aux tourangeaux, je trouve osé de procéder à cette communication mensongère. Après tout, la moralité ne doit pas aller que dans un sens. 

jeudi 28 octobre 2010

Manifestation du 28 octobre 2010 à Tours

Drapeaux de l'intersyndicale le 28 octobre 2010 à Tours
Pour cette septième journée d'action contre la réforme des retraites, la manifestation tourangelle a été comme ailleurs moins imposante que lors des précédents rendez-vous puisqu'elle a réuni 11 000 personnes selon la CGT (contre 23 000 lors du précédent rassemblement du 19 octobre).

Une mobilisation moins importante qui peut s'expliquer par plusieurs facteurs : la lassitude après ce mois et demi de mobilisation, le vote définitif de la loi hier à l'Assemblée Nationale, les vacances de la Toussaint...

Cependant et considérant ces facteurs, on peut dire que si la mobilisation s'affaiblit, elle reste encore importante, ce qui fut le cas ce matin à Tours où la barre symbolique des 10 000 manifestants est souvent considéré comme un palier marquant une forte mobilisation.

Le diaporama photos de la manifestation à Tours :

mercredi 27 octobre 2010

Une souscription pour sauver le Bateau Ivre

Il y a quelques semaines je vous évoquais l'annonce de la fermeture de la mythique salle musicale du Bateau Ivre à Tours. Comme beaucoup de tourangeaux j'ai été peiné par cette nouvelle tant cette salle a marqué l'univers culturel de la ville.

Cependant, certains ont décidé de ne pas en rester là et ont lancé une souscription pour garder en vie la salle. Pour expliquer et faire connaître leur projet ils ont ainsi ouvert une page sur Facebook que vous retrouverez en cliquant sur le lien suivant : 

Leur projet est simple, faire en sorte que la salle reste en vie et appartienne à tout le monde, ce qu'ils résument par les quelques vers suivants :

Pour qu'il continue de voguer le Bateau
Il faudrait donc qu'on en devienne matelot
On formerait l'équipage au cargo
Un nouveau coup comme sillage au vaisseau
Partageons nos euros
Devenons proprio... du Bateau


Une belle initiative qui est à signaler et dont je vous parlerai des évolutions dans les semaines à venir.

lundi 25 octobre 2010

La cathédrale Saint-Gatien vue de la préfecture

Treizième billet de la série "la cathédrale Saint-Gatien vue de..." (ce qui devrait faire plaisir à Nicolas) avec cette vue englobant deux symboles du pouvoir :

Au loin la Gatienne, déchue de sa symbolique de pouvoir impose malgré tout sa grandeur comme une vieille dame pleine de sagesse qui aurait gagné le respect. Au premier plan, devant l'entrée de la Préfecture, le drapeau républicain lui se déploie et s'agite sous un ciel assombri... comme un symbole des tumultes et de l'agitation populaire actuelle ?

Les précédents articles de la série La cathédrale Saint-Gatien vue de...

vendredi 22 octobre 2010

Photo automnale en vallée de Courtineau

Dans les sous bois de la vallée de Courtineau (près de Sainte-Maure en Touraine) se trouve cette cabane qui parait d'une autre époque. La lumière passant entre la flore égaye les couleurs d'automne et apporte un côté enchanteur et fantastique au lieu. On en viendrait presque à imaginer une maison d'un lutin, ou d'une autre créature imaginaire de nos contes d'enfance.

mardi 19 octobre 2010

Manifestation du 19 octobre 2010 à Tours

23 000 personnes ont manifesté à Tours, mardi 19 octobre
La sixième manifestation unitaire contre la réforme des retraites a rassemblé ce matin 23 000 personnes à Tours selon les syndicats. Une mobilisation équivalente à celle de mardi dernier qui montre une nouvelle fois que la mobilisation ne faiblit pas.

La manifestation de ce matin a encore rassemblé des personnes de différents horizons. A noter que pour la première fois les étudiants étaient au rendez-vous et sont entrés dans la mobilisation ( la faculté des Tanneurs est bloquée depuis ce matin), les lycéens étaient comme la semaine dernière nombreux également.

La fin de la manifestation a été plus houleuse qu'à l'accoutumée à cause de la société Axxes Vision (selon RTL2, voir les photos) qui a placardé des affiches de provocation sur les vitres de ses locaux place Jean-Jaurès (lieu d'arrivée de la manifestation). Une provocation inutile qui a valu un regroupement de quelques centaines de personnes jusque 14h sous les fenêtres de l'entreprise ainsi que des jets d'oeufs sur la façade du bâtiment ce qui a entraîné un peu de confusion notamment à cause de la présence de policiers en tenue anti-émeute faisant face aux manifestants.

Une manifestation, où l'on sentait donc une tension plus palpable, sûrement du au ras le bol de l'opinion de ne pas être entendue.

Le diaporama-photos de la manifestation :

lundi 18 octobre 2010

Où trouver de l'essence en Indre et Loire ?

Alors que Dadavidov s'est posé la question hier sur la pénurie de carburant dans le département, la situation s'est encore compliquée ce lundi suite au blocage du dépôt pétrolier de Saint-Pierre des Corps. Le problème d'approvisionnement se pose dans le département notamment pour le gasoil et à un degré moindre pour l'essence. 

Alors que la panique commence à gagner la population, la préfecture a dressé une liste des quelques stations service d'Indre et Loire distribuant encore du gasoil à 18h ce lundi soir. Il n'en restait que six  : 
  • A 10 Total Ste Maure/St Epain (une dans chaque sens)
  • A 10 Total et BP Monnaie/Parçay Meslay (une dans chaque sens)
  • Total Chambray les Tours Relais Croix Foucreau 77 avenue du Grand sud
  • A 28 Shell St Christophe sur le Nais

Pour l'essence, la situation parait moins dramatique que pour le gasoil même si là encore les stocks commencent à se raréfier. Vous pouvez retrouver les stations distribuant encore de l'essence sur la carte que le site de RMC a mis en ligne : la carte interactive des stations service

PS : ce message est sponsorisé par Dadavidov

La cathédrale Saint-Gatien vue par Dan

Après Dadavidov, (tenancier du très bon blog Saint Pierre des Corps, c'est où ça ?), la série La cathédrale Saint-Gatien vue de... s'ouvre à nouveau à un autre blogueur tourangeau. Cette fois-ci, c'est Dan, photographe talentueux et auteur du blog Un Regard sur Tours qui m'a proposé trois clichés à insérer à la série.

Les deux premières photos sont prises du campanile de l'hôtel de ville de Tours, la dernière est elle prise à travers une fenêtre du Grand Théâtre.

Vue sur la ville et la Gatienne en haut du campanile de l'hôtel de ville
la Gatienne vue du campanile de l'hôtel de ville

La Gatienne à travers une fenêtre du Grand Théâtre
Encore merci donc à Dan pour sa contribution.

Les précédents articles de la série La cathédrale Saint-Gatien vue de...

samedi 16 octobre 2010

Manifestation du 16 octobre 2010 à Tours

Cinquième manifestation unitaire depuis la rentrée dans toute la France contre la réforme des retraites du gouvernement. Encore une fois, comme ailleurs, la manifestation tourangelle a rassemblé beaucoup de monde avec 19 000 personnes selon les syndicats.

La mobilisation ne faiblit donc pas et au contraire s'étend puisque après la belle manifestation de mardi dernier, les rues de Tours ont été envahies cette semaine par 2000 lycéens jeudi, puis 3000 lycéens vendredi, alors que ce même jour 400 personnes bloquaient le dépôt pétrolier de Saint Pierre des Corps. Un mouvement qui semble donc se radicaliser et s'étendre à divers corps professionnels comme en témoignaient les banderoles présentes ce samedi dans le cortège tourangeau.


Les photos du rassemblement tourangeau de samedi :

vendredi 15 octobre 2010

Les Halles : le ventre de Tours

Source : Atelier Histoire de Tours


Le parallèle historique entre les Halles de Tours et celles de la capitale que Zola avait surnommé le ventre de Paris est intéressant. L'évolution des deux structures s’est en effet faite dans des temps proches. Tout d’abord, les Halles parisiennes, construites entre 1850 et 1870 par Victor Baltard ont directement inspirées celles tourangelles. En effet, le projet de halles à Tours qui était dans les cartons de la mairie depuis 1832 a été confié à Gustave Guérin en 1861 qui imagine alors deux pavillons sur le modèle des pavillons baltard avec une architecture métallique et de verre.  Les pavillons Guérin comme on les appelle sont inaugurés en 1866 après deux ans de travaux.

Pendant un siècle, les halles tourangelles accueillent les métiers de bouche et offrent un marché de gros pour les commerçants de la ville. Mais l’essor de la société de consommation et la rénovation du centre historique de la ville à partir des années 1960 vont avoir raison des vieilles halles. Jean Royer décide en effet dans les années 70 leur destruction et un déménagement du marché de gros vers la zone périphérique de Rochepinard. Les Halles de Guérin sont ainsi détruites en 1976. Les similitudes avec les pavillons Baltard continuent  puisque ces derniers ont connu le même sort en 1973 et le marché de gros parisien a été redirigé sur Rungis. 

 A la différence de ce qui se passe dans la capitale, où l'on construit un centre commercial, la municipalité de Tours souhaite que l'ancien se retrouve dans le nouveau c'est pourquoi les nouvelles halles tourangelles restent réservées aux métiers de bouche et continuent d'accueillir les artisans les plus réputés de la ville. Les étages du nouveau bâtiment offrent quant à eux des espaces de réunions. L’architecture peut cependant être rapprochée de celle du forum des halles parisien, puisque  le nouveau bâtiment tourangeau, inauguré en 1980 se veut lui aussi futuriste avec une structure faite d’acier, de plexiglas et de verre.

Aujourd’hui, alors que les halles parisiennes vont de nouveau connaitre un profond chamboulement avec un projet de reconstruction totale, l’histoire des halles tourangelles semblent s’éloigner de celle de sa grande sœur parisienne. En effet, à Tours, l’architecture du bâtiment ne parait pas faire l’objet de critiques virulentes. Quelques projets ou visions ont bien été divulgué comme celui de Renaud Donnedieu de Vabres durant sa campagne municipale en 2008 comme en témoigne ce tract d’époque : 
Des architectes du collectif La Girafe avaient également imaginé un renouveau des halles en 2005 dans le cadre d’une rubrique de la NR :
  • Jean-Baptiste Champion avait imaginé une tour de 120m de haut : 
  • Matthieu Julien avait lui imaginé une nouvelle structure pour les halles en forme de nuage bioclimatique :  

Mais pour l’heure, les halles actuelles semblent encore avoir de beaux jours devant elles et devraient encore garder pendant quelques temps leur réputation de ventre de Tours.

mardi 12 octobre 2010

Manifestation du 12 octobre 2010 à Tours

La mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas, en effet ce matin la quatrième manifestation depuis un mois a encore rassemblé beaucoup de monde à Tours. Un cortège dense qui comptait 25 000 personnes selon la CGT. Outre les délégations habituelles à noter que de nombreux lycéens et étudiants ont rejoint les rangs des manifestants. 


Comme d'habitude, un petit diaporama de la manifestation :

lundi 11 octobre 2010

40 ans de l'université de Tours : la Femme-Loire à l'honneur

Dans le cadre des festivités du quarantième anniversaire de l'université de Tours la semaine dernière, les tourangeaux ont pu découvrir sur le parvis des Tanneurs, cette reproduction  (à échelle réduite) de la Femme-Loire de Michel Audiard. Rappelons que La Femme-Loire est un projet audacieux de l'artiste tourangeau, une sculpture aux formes féminines suggestives de 40m de long pour 20m de haut offrant un espace pour des expositions et des ateliers d'artistes. L'oeuvre prévue pour 2013 sera implantée sur le coteau de la Loire en surplomb de l'abbaye de Marmoutier :

Afficher femme-loire sur une carte plus grande


Associés au projet, des élèves de Polytech'Tours ont ainsi tenu un stand dans le cadre de l'exposition des 40 ans de l'université dans lequel ils présentaient et expliquaient le projet.

vendredi 8 octobre 2010

Couleurs d'Automne sur la Loire

Les rayons de soleil d'Octobre offrent bien souvent de jolies couleurs au fleuve royal et à la flore ligérienne. Des rayons qui font du bien à tous y compris aux oiseaux qui peuvent en profiter également pour squatter les bancs de sables encore présents avant la montée hivernale des eaux.

jeudi 7 octobre 2010

Clap de fin pour le Bateau Ivre à Tours

La Nr nous l'apprend aujourd'hui, Gisèle la propriétaire du Bateau Ivre fermera les portes de sa salle à la fin de l'année 2010. Avec cette salle c'est tout un pan de la culture musicale de la ville de Tours qui s'en va. Depuis 1982, Gisèle avait réussi à faire de cette salle, un endroit mythique, une véritable institution musicale où loin des tournées  labellisées des centaines de groupes ont pu se produire qu'ils soient connus, en devenir ou non  avec entre autre Miossec, Mickey 3d, Java, la Ruda, Les Béruriers Noirs, As de Trèfle, Volo, Karpatt, Jamait, Noir Désir, les Négresses Vertes, Zebda, Mano Negra, Louise Attaque... ainsi que des dizaines de groupes locaux. Le Bateau c'était avant tout une salle qui sentait bon l'authenticité et l'indépendance, une salle ouverte à tous avec des prix accessibles et une liberté qui fleurait bon. 

Depuis la fin des subventions de la DRAC et de la région en 2007, on le savait menacé notre bateau, on savait sa gestion de plus en plus difficile mais on espérait tous sa survie. Celle-ci aura duré trois ans avant que Gisèle ne se résolve à tirer le rideau et emmène avec elle toute une époque où la musique rimait avec liberté. 

Du côté de nos chers élus, on ne semble pas vouloir donner un coup de pouce pour maintenir en vie ce patrimoine culturel local, préférant financer des nouvelles salles ultra conventionnés et standardisées mais qu'on se le dise c'est pas l'Escale, le Temps Machine, la Nouvelle Pléiade and co qui remplaceront ce mythe qu'était notre Bateau... 

Merci Gisèle.

lundi 4 octobre 2010

La cathédrale Saint-Gatien vue depuis l'ancien couvent des Carmélites




Dans la série, "la cathédrale Saint-Gatien vue de..." voici une photo de la cathédrale prise depuis le jardin de l'ancien couvent des Carmélites lors des dernières journées du patrimoine. Cet ancien lieu de recueillement situé rue des Ursulines a accueilli de 1844 à 1994 les soeurs carmélites de Tours avant que celles-ci faute de nombre suffisant ne durent se résoudre à partir peupler d'autres couvents de France. La grande emprise foncière de l'ancien couvent que l'on remarque sur la lithographie de 1855 ci-dessous, témoigne de l'importance que la communauté carmélite a pu avoir.

Le couvent des Carmélites (au niveau de l'étoile)


Aujourd'hui récupéré par le Diocèse pour y rassembler ses services, l'endroit garde encore une atmosphère particulière, un lieu de silence entouré de hauts et épais murs dans lequel aucun signe extérieur ne semble pouvoir pénétrer hors-mis le regard protecteur de la Gatienne.

Les précédents articles de la série La cathédrale Saint-Gatien vue de...

samedi 2 octobre 2010

Manifestation du 02 octobre 2010 à Tours

Troisième manifestation d'ampleur en moins d'un mois dans toute la France. Le rassemblement s'est fait une nouvelle fois contre le projet de loi sur les retraites. A Tours, cette manifestation du samedi a réuni selon les premières estimations syndicales (CGT) 15 000 personnes.

Comme d'habitude je vous livre quelques photos du cortège tourangeau :

Les tours : des symboles urbains ?

 Jean Germain évoquait hier dans la Nouvelle République le projet de la future tour près de la gare dont je vous parlais dans un billet il y a quelques mois avec une photo du projet de l'architecte Alain Gourdon : Des tours à Tours.
Le maire de Tours ne nous apprend pas grand chose si ce n'est comme je vous l'avais annoncé que la hauteur du bâtiment devrait se situer quelques mètres en dessous de celle de la cathédrale Saint-Gatien (70m de haut).

Ce projet me permet d'évoquer les plus hautes structures de la ville. Généralement décriées et désavouées par l'opinion publique, les tours peuvent pour autant constituer des repères dans une ville et peuvent même devenir de véritables symboles comme le "crayon" à Lyon. Rien de tel en Touraine, sûrement pour la simple raison que les immeubles les plus hauts ne sont pas d'une grande richesse architecturale et sont uniquement voués à de l'habitat, or ce sont précisément les tours d'habitation qui souffrent d'une mauvaise image en France car rattachés à l'image des quartiers de grands ensembles.

Les tours les plus hautes de la ville sont celles du Lac et du Belvédère situées au carrefour de Verdun. Ces deux tours jumelles, voulues par l'ancien maire Jean Royer comme des nouveaux repères visuels marquant l'entrée sud du centre-ville culminent à 68m de haut.
Tour du Belvédère
D'une architecture très classique des années 1960, leur originalité vient de leur alignement de part de d'autre du carrefour de Verdun, alignement qui rappelle comme le voulait le maire d'alors les anciennes portes des villes.

Au loin de gauche à droite : Tour Tulasne, Tour du Belvédère, Tour du Lac

La tour Tulasne de la place Thiers construite à la même période est elle haute de 66m  Elle peut cependant être considérée comme le plus haut bâtiment tourangeau si on y ajoute la hauteur de l'antenne installée sur son sommet puisqu'on arrive dans ce cas à 81m de haut. Là encore, l'architecture est celle du béton des années 60-70.
Tour Tulasne

Tour Ballan
Quatrième IGH (immeuble de grande hauteur) ayant une hauteur non négligeable et cette fois ayant une architecture originale : la  tour Ballan qui a une forme d'étoile à 8 branches et est coiffée d'un toit en ardoise rappelant une couronne. Cette tour pointe à une hauteur de 59m.

Ailleurs dans la ville, Tours n'a pas échappé à la mode des grands ensembles et possède plusieurs tours d'une 50aine de mètres de hauteur notamment aux quartiers des Rives du Cher et des Fontaines.

Aux antipodes de ces bâtiments des 60-70, la future tour de la gare (tout comme les futures tours des 2 Lions) devra se démarquer et devenir un nouvel emblème visuel tout en réussissant à se fondre dans le paysage, d'autant plus qu'elle se situera en secteur sauvegardé. La fonction mixte à laquelle elle semble vouée, avec des activités tertiaires supérieures diffère complètement des projets construits par J. Royer. On ne fait plus ici de la hauteur pour loger mais pour avoir un symbole métropolitain et attirer des entreprises pour développer de nouvelles activités. Ce qui correspond au souhait de Jean Germain de faire de Tours une métropole française.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Stats